ROBERT Georges, Léon, Justin

Par Paul Boulland, Michel Dreyfus

Né le 4 novembre 1923 à Puéchabon (Hérault) ; employé EDF-GDF ; syndicaliste CGT, administrateur, vice-président puis président de la CMCAS de Montpellier, administrateur suppléant de la CCAS, membre de la commission exécutive de la Fédération CGT de l’Énergie ; militant communiste, membre du secrétariat de la fédération PCF de l’Hérault.

Né de parents viticulteurs puis commerçants, décrits en 1950 comme membre du PCF, Georges Robert, après des études primaires, puis trois années de cours complémentaire, obtint le brevet commercial. Il fut employé civil dans l’administration militaire de 1940 à novembre 1942. Il tomba alors gravement malade. Il commença à travailler en avril 1943 à la Compagnie de l’électricité et du gaz du Sud-Est à Montpellier (Hérault) mais fut embrigadé dans un chantier de Jeunesse dès le mois de juillet. Il s’en évada en décembre 1943 pour entrer dans la clandestinité afin d’échapper au Service du travail obligatoire (STO) en Allemagne. En mai 1944, il y fut requis au service des fours. En 1945, il devint employé puis, à la nationalisation des industries électrique et gazière, il devint agent des litiges à l’EDF-GDF de Montpellier. En 1975, il était chef de groupe au centre de distribution Béziers-Montpellier.

Georges Robert avait adhéré à la CGT en 1945 et participa rapidement à la vie du syndicat local, notamment comme secrétaire administratif en 1949. Élu administrateur de la Caisse mutuelle complémentaire d’action sociale (CMCAS) de Montpellier en 1947, il en devint le vice-président puis le président de 1970 à 1976. De 1960 à 1970, il fut membre de la commission exécutive de l’Union départementale CGT de l’Hérault. Détaché permanent syndical en 1965, Georges Robert participa à la création du syndicat du personnel EDF-GDF de Béziers-Montpellier dont il fut le premier secrétaire, de cette date jusqu’en 1968. De 1964 à 1970, il fut responsable du collectif régional Languedoc-Roussillon groupant plusieurs syndicats départementaux de la Fédération CGT de l’Énergie dont il fut membre de la commission exécutive de 1975 à 1979. Il fut en outre administrateur suppléant de la Caisse centrale d’activités sociales (CCAS) de 1964 à 1967.

Georges Robert avait adhéré au Parti communiste en 1947. Il fut successivement secrétaire de sa cellule d’entreprise et trésorier de section, puis secrétaire de la section PCF de Montpellier en 1950. À cette date, le secrétaire fédéral Paul Balmigère voyait en lui un cadre en plein développement. Entré au comité fédéral PCF de l’Hérault au début des années 1950, il fut membre du bureau en 1953. À l’issue des grèves d’août 1953, la direction fédérale signalait son « dévouement », sa « clairvoyance politique » et son « esprit de responsabilité et de Parti ». L’année suivante, il entra au secrétariat fédéral où il siégea jusqu’en 1957. Ramené au bureau puis au comité fédéral en 1964, il quitta ce dernier à sa demande, en 1974, pour « aider au renouvellement des cadres ». Il avait suivi les cours de l’école centrale d’un mois du PCF en novembre 1961.

Militant de la Fédération sportive et gymnique du Travail, Georges Robert en fut le trésorier départemental en 1945, date à laquelle il créa l’Association sportive Gaz-Électricité de Montpellier dont il fut président. En 1950, il indiquait être membre de la Ligue des droits de l’Homme.

Georges Robert prit sa retraite en 1978. Marié à Marie-Louise Redt, employée à la Sécurité sociale et militante communiste, il était père de trois enfants en 1950.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50743, notice ROBERT Georges, Léon, Justin par Paul Boulland, Michel Dreyfus, version mise en ligne le 23 juin 2009, dernière modification le 14 août 2013.

Par Paul Boulland, Michel Dreyfus

SOURCES : Arch. Comité national du PCF – Arch. FNE-CGT : déclaration des organismes dirigeants, XXe congrès. – René Gaudy, Les porteurs d’énergie, Paris, Temps Actuels, 1982. – Force Information, n° 273 (janvier 1979). – Notice fournie par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément