GONAND Gilbert, Aimé

Par Jacques Ernewein

Né le 11 novembre 1916 au Clergus (Vosges), mort le 9 juillet 1982 à Mâcon (Saône-et-Loire) ; fonctionnaire du ministère des Anciens combattants ; militant socialiste SFIO dans le Bas-Rhin, secrétaire de la section SFIO de Strasbourg (Bas-Rhin) en 1953-1955, secrétaire fédéral adjoint de la SFIO du Bas-Rhin (1954-1955).

Fils de Maximin Gonand et de Marie Julie Estelle Chapuis, Gilbert Gonand fit ses études secondaires au collège de Bruyères (Vosges) et obtint le baccalauréat en 1935. Après son service militaire, il devint rédacteur à la préfecture des Vosges à Épinal en 1937. Il avait épousé en 1936 Marie Germaine Lecomte. Le couple eut un enfant, Denis Gonand, plus tard médecin à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Mobilisé comme voltigeur au 172e RI, il fut fait prisonnier à Schirmeck (Bas-Rhin) le 24 juin 1940. Interné au Stalag 1B de Hohenstein (Prusse Orientale), il tenta de s’évader, mais fut rattrapé à Avricourt (Moselle annexée), après un périple de 2 000 km. Sa libération de captivité n’intervint que le 4 avril 1945.

Gilbert Gonand entra alors au service des soins gratuits de ministère des Anciens Combattants et Victimes de la guerre à Épinal comme rédacteur principal. Nommé délégué départemental adjoint à Strasbourg (Bas-Rhin) en 1951, il s’investit dans l’aménagement de l’ancien camp de concentration de Natzwiller (Struthof), puis dans la Nécropole de la captivité à Montauville (Meurthe-et-Moselle). Très actif dans les milieux d’anciens combattants, membre de nombreuses associations, il fut président de la société mutualiste de son ministère dès les années 1950.

En 1952, Gonand était secrétaire administratif du groupe de Strasbourg du Mouvement démocratique et socialiste pour les États-Unis d’Europe présidé par Georges Duveau*. Engagé à la SFIO, il remplaça en juillet 1953 Ernest Kunkler* comme secrétaire de la section socialiste de Strasbourg, et, en décembre 1954, le même Kunkler comme secrétaire fédéral adjoint. Selon le préfet, cette désignation était remarquable : en effet, c’était la première fois depuis 1919 qu’un membre du groupe de langue française et un col blanc était nommé à un tel poste. Les militants espéraient qu’il donnerait une nouvelle impulsion à la fédération du Bas-Rhin, dont le recrutement s’était tari depuis quelques années. Il conserva cette fonction jusqu’en 1955. En avril de la même année, il fut remplacé au secrétariat de la section de Strasbourg par Eugène Haegel*, qui avait l’avantage d’être bilingue : la plupart des ouvriers militants étaient dialectophones et pratiquaient peu le français. Il resta membre du comité fédéral, jusqu’en juin 1958 au moins, puis cessa progressivement toute activité politique.

Proche d’André Bord, leader du gaullisme alsacien, alors secrétaire d’État à l’Intérieur, il fut nommé délégué interdépartemental des Anciens combattants à Nancy, puis promu en août 1970 délégué interdépartemental à Dijon (Côte-d’Or) avec huit départements sous sa responsabilité. Lors de son départ à la retraite, il se retira à Mâcon.

Gonand, un fonctionnaire appartenant au ministère des Anciens combattants et victimes de guerre à Epinal, fut élu ou réélu, les 3 et 4 février 1950 à Paris, secrétaire général du Syndicat national FO du personnel du ministère des Anciens combattants et victimes de guerre. Au plan vosgien, il devint, le 25 mars 1950, secrétaire adjoint de l’Union départementale FO lors de son congrès. Il s’agit très probablement de Gilbert Gonand.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50726, notice GONAND Gilbert, Aimé par Jacques Ernewein, version mise en ligne le 17 juin 2009, dernière modification le 22 mai 2012.

Par Jacques Ernewein

SOURCES : Arch. privées de Marie Josée Gonand (Nancy). — Arch. Dép. Bas-Rhin, 544 D9, 10, 47. — La Presse libre, Strasbourg, 1952-1958. — Notes de Stéphane Muckensturm et de Léon Strauss. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 23 février et 6 avril 1950.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément