FOURCADE André

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 1er octobre 1905 à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), fusillé par les Allemands le 17 août 1944 à Buzet-sur-Tarn (Haute-Garonne) ; technicien dans la métallurgie ; secrétaire de l’UD-CGT des Hautes-Pyrénées.

Fils d’un employé de commerce et d’une couturière, André Fourcade fit ses études à l’École primaire supérieure de Bagnères-de-Bigorre avant d’entrer à l’usine Hispano dans la banlieue de Tarbes. Il succéda à Charles Adassus comme trésorier de l’Union départementale CGT en décembre 1932. Gourgues le remplaça en février 1933, mais il garda la gestion financière du journal Le Syndicaliste. Fourcade joua un rôle actif pendant les grèves de juin 1936 et fut secrétaire de l’Union départementale avant la guerre.

Il militait également à la section socialiste SFIO de Tarbes. Le congrès départemental du 29 janvier 1939 l’élut secrétaire fédéral adjoint.

André Fourcade participa au mouvement de Résistance « Libération ». En juillet 1943, il était responsable des MUR pour la région V. Le gouvernement d’Alger le nomma Commissaire de la République à Limoges (Haute-Vienne) en mars 1944. Suivi par la Gestapo, il fut arrêté le 6 juin dans un train entre Toulouse et Limoges.

Incarcéré à la prison Saint-Michel de Toulouse, Il fit partie des 54 prisonniers que les nazis sortirent de prison le 17 août, deux jours avant leur départ de Toulouse, et fusillèrent à Buzet-sur-Tarn, à la lisière d’une forêt, après les avoir extraits d’une grange et avant de brûler leurs corps. Parmi les fusillés, des communistes, des socialistes, des militaires, des Juifs (de Vilnius, d’Oran), de jeunes résistants. À ce jour, 19 des 54 victimes ont pu être identifiées formellement dont André Fourcade et Francisco Ponzan Vidal. Son nom figure sur le monument érigés en l’honneur des résistants de Bagnères-de-Bigorre morts des suites de leurs action entre 1940 et 1944 ou des résistants morts sur le territoire de la commune pendant la même période.

Une rue de Tarbes porte son nom.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50678, notice FOURCADE André par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 juin 2009, dernière modification le 25 août 2018.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Le Syndicaliste des Hautes-Pyrénées, 1933. — La Bigorre socialiste, 1939. — Renseignements recueillis par Louise Cazaubon. — État civil de Bagnères-de-Bigorre, 30 mai 1984. — MemorialGenWeb, consulté le 30 janvier 2018. — Note d’André Balent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément