FARINES Aimé, Michel, Léonard

Par Michel Dreyfus

Né le 7 janvier 1930 à Saint-Estève (Pyrénées-Orientales), mort le 24 janvier 1985 à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ; employé EDF ; syndicaliste FO de Perpignan, secrétaire de la Fédération Force ouvrière des Industries de l’énergie électrique et du gaz, secrétaire général de l’UD-FO des Pyrénées-Orientales.

Fils d’un vannier et d’une ménagère, Aimé Farines fut embauché à l’EDF en juillet 1947 comme garçon de bureau à Perpignan (Pyrénées-Orientales) et termina sa carrière comme moniteur commercial. En 1953, il fut nommé secrétaire de sa section syndicale Force ouvrière. Il fut élu à la commission exécutive et au comité de la Fédération Force ouvrière des Industries de l’énergie électrique et du gaz à l’issue de ses VIIe et VIIIe congrès (avril 1961 et décembre 1963). Tout en continuant d’appartenir à ces instances, il fut ensuite secrétaire fédéral au terme du IXe congrès (novembre 1965) puis trésorier général à l’issue des Xe, XIe et XIIe congrès (novembre 1967-novembre 1972).

Depuis 1967, Aimé Farines assumait également les fonctions d’administrateur de la Caisse mutuelle complémentaire d’action sociale (CMCAS) de Perpignan. En 1972, il devint président de la commission « équipement » et le resta jusqu’à sa mort.

Sur le plan interprofessionnel, Aimé Farines fut élu en avril 1958 secrétaire général de l’UD-FO des Pyrénées-Orientales et il exerça ce mandat pendant quelques années.

Il était marié avec Thérèse Sighieri.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50573, notice FARINES Aimé, Michel, Léonard par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 7 juin 2009, dernière modification le 5 février 2017.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Lumière et Force, n° 77 (avril-mai 1961), 92 (décembre 1963), 104 (octobre-décembre 1965), 120 (novembre-décembre 1967), 133 (janvier 1970), 150 (janvier 1973), 205 (février 1985). — CCAS-Information, n° 87 (mars 1985). — Force Ouvrière, 8 mai 1958, 18 juin 1959, 6 mars 1985. — État civil de Perpignan et de Saint-Éstève. — Notes de Louis Botella.

Version imprimable Signaler un complément