GERVAIS Simone [née GERVAIS Simonne, Alberte, dite ; épouse MATARASSO]

Par Jean Reynaud

Née le 9 février 1930 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; professeure, traductrice ; syndicaliste.

Fille d’un facteur, Simone Gervais fut élève du collège Michelet à Marseille, de la sixième à la seconde, puis entra à l’École normale d’institutrices d’Aix-en-Provence (1946-1950). Elle fut admise en 1951 à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses (Seine, Hauts-de-Seine) après avoir préparé le concours au lycée des Prêcheurs à Aix. Après avoir obtenu deux licences de Lettres modernes et d’Italien, et passé une année en Italie, elle réussit à l’agrégation d’Italien en 1957.

Simone Gervais enseigna en 1957-1958 au lycée de jeunes filles Victor Hugo de Poitiers (Vienne), puis devint assistante d’Italien à la Faculté des Lettres de Dijon (1958-1963). Sur sa demande, elle réintégra l’enseignement secondaire en 1963 au lycée Gassendi de Digne (Alpes-de-Haute-Provence), devenu lycée Alexandra David Néel, où elle enseigna jusqu’à sa retraite en 1995. Depuis 1985, elle assurait une partie des cours de cinéma dans la section « Audio-Visuel » du lycée.

Membre du Syndicat national des instituteurs pendant son année de stage (1949-1950), Simone Gervais fut secrétaire de la section syndicale de l’École normale d’Aix. Entrée à Fontenay-aux-Roses, elle fut la secrétaire de la section du Syndicat national de l’enseignement secondaire de l’ENS en 1951-1952 et en 1953-1954, fut la représentante de l’ENS au Cartel des ENS qui anima de multiples actions pour obtenir la fonctionnarisation des élèves en 1953. Elle adhéra à la FEN-CGT. À la Faculté de Dijon, elle rejoignit le Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur, et fonda en 1961, avec Évelyne Patlagean et André Vormus, la section Lettres du Syndicat national de l’enseignement supérieur qui n’existait alors que chez les scientifiques.

Dès son arrivée à Digne, Simone Gervais fut secrétaire de la section (S1) du SNES du lycée (1963-1964) puis secrétaire de la section départementale (S2) du SNES des Basses-Alpes [Alpes-de-Haute-Provence] et secrétaire adjointe de la section départementale de la FEN jusqu’en 1970, Elle fut membre de la commission administrative de la section académique (S3) du SNES.

Simone Gervais se maria à Digne en août 1967 avec Henri Matarasso, surveillant d’externat devenu secrétaire général de la Chambre des Métiers. Le couple eut un fils, adopta un enfant coréen, puis divorça en 1980.

Militante du Parti communiste français depuis 1951, Simone Gervais fut candidate en 1965 aux élections municipales à Digne.

Après son arrivée à Digne, Simone Gervais participa à l’activité de l’équipe des « Rencontres cinématographiques », et, depuis sa retraite, était bénévole au Secours populaire français. Parallèlement elle continuait à traduire des livres italiens, des articles et dossiers pour L’Écran fantastique, et à donner des contributions diverses, dont le catalogue du Musée de Digne.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50467, notice GERVAIS Simone [née GERVAIS Simonne, Alberte, dite ; épouse MATARASSO] par Jean Reynaud, version mise en ligne le 3 juin 2009, dernière modification le 24 juillet 2009.

Par Jean Reynaud

ŒUVRE : Nombreuses traductions dont : Alberto Tenenti , Sens de la mort et amour de la vie : La Renaissance en Italie et en France, Paris, L’Harmattan, 1983. — Michel-Ange Buonarroti, Épitaphes pour la mort de François des Bras, Aix-en-Provence, Alinea, 1983.

SOURCES : Archives syndicales. — Renseignements fournis par l’intéressée. — État civil de Marseille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément