FUCHS Yves, Alain

Par Jacques Girault

Né le 15 mai 1939 à Quimper (Finistère) ; professeur ; militant syndicaliste ; militant communiste en Meurthe-et-Moselle, puis en région parisienne ; conseiller municipal « gauche citoyenne » de Champigny (Val-de-Marne).

Son père, d’origine juive, militant du Parti social démocrate Allemand (SPD), se réfugia en France en février 1933. Déchu de sa nationalité allemande, apatride, il devint voyageur de commerce. Engagé volontaire dans l’armée française en 1939 au titre d’étranger, arrêté en 1943 à Laplume (Lot-et-Garonne) par la gendarmerie française, livré aux Allemands, il fut interné en différents camps puis à Drancy jusqu’en août 1944 lors de la libération de Paris. Devenu Français par naturalisation en 1947, il avait épousé une dactylo, fille d’instituteurs laïques au Guilvinec (Finistère).

Yves Fuchs, baptisé seulement « pour une question d’opportunité », fréquenta le lycée La Tour d’Auvergne à Quimper puis, en 1954-1956, le lycée Michelet à Vanves (Hauts-de-Seine) où il fut lauréat du Concours général en 1955. Étudiant à la Faculté des Sciences de Paris (1956-1960), docteur de troisième cycle (Nancy, 1963) en pétrologie et géochimie, il obtint un doctorat d’Etat en sciences naturelles à Nancy en 1969.
Fuchs se maria en mai 1966 à Nancy avec une décoratrice de théâtre. Le couple eut un enfant et divorça en 1981. Fuchs se remaria en avril 1991 à Orly (Val-de-Marne) avec une universitaire, ingénieur d’étude.

Fuchs devint assistant en 1961 à la Faculté des Sciences de Paris, puis maître-assistant à l’Ecole nationale supérieure de géologie appliquée et de prospective minière de Nancy (1962-1969). Après avoir soutenu sa thèse à la Faculté, il enseigna comme professeur à l’Université de Tunis de 1969 à 1973. Devenu maître-assistant puis maître de conférences à l’Université de Paris-Sud (Orsay) de 1973 à 1983, il fut maître de conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) de 1983 à sa retraite en 2002. Professeur invité dans des universités étrangères (Alger entre 1977 et 1983, Padoue en Italie entre 1986 et 1990, Belo Horizonte au Brésil en 2006), il participa à plusieurs colloques, séminaires ou programmes de recherches (USA, Algérie, Ethiopie, Angola) dans ses spécialités (géologie minière, minéralogie expérimentale, spectroscopies appliquées à la minéralogie). Chercheur depuis 2002 à l’Université de Paris-Est-Marne-la-Vallée, il participait en 2007-2008 à des programmes de développement et de protection de l’environnement avec des universités du Brésil. Il était aussi expert-évaluateur pour l’Association Internationale pour la promotion de la coopération avec les scientifiques des nouveaux états indépendants de l’ancienne Union Soviétique, organisation de la Communauté Européenne.

Fuchs, secrétaire de la section du Syndicat national de l’enseignement supérieur de Tunis (1971-1973), fut membre de 1972 à 1976 du secrétariat national du SNESup. Il fut élu au Comité national de Centre national de la recherche scientifique (1970-1975, 1990-1995, 1996-2001).
Membre de l’Union des étudiants communistes en octobre 1956, du Parti communiste français depuis novembre 1956, membre du bureau de la section communiste de Nancy II (1964-1969), Fuchs entra au comité de la fédération communiste Meurthe-et-Moselle Sud en juin 1966 et fut trésorier fédéral jusqu’en 1969. Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Thiaucourt en 1967. Membre des bureaux des sections communistes de l’Université d’Orsay (1976-1983) puis Jussieu dans la cinquième arrondissement de Paris (1983-1986), il fut membre des comités de rédaction de la revue ITC (Ingénieurs Techniciens et Cadres) en 1969-1973 et de La Nouvelle Critique à partir de 1976. Collaborateur du Comité central du PCF (section Polex) jusqu’en 1984, il quitta le PCF en août 1991. Il avait collaboré à la création du mouvement des Reconstructeurs communistes depuis 1986, puis participa à l’Association de Recherches et d’Initiatives pour l’Autogestion et le Socialisme et à l’Alternative Démocratie Socialisme.
Fuchs, qui habitait Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) depuis 1983, en 1995 fut un des fondateurs de l’association citoyenne "Forum des Boucles de la Marne" qu’il présida jusqu’en 2008, restant membre de son bureau. Aux élections municipales de Champigny, il fut candidat sur des listes en 1995 (2,45% des voix) et en 2001 (1,62% des voix). Ce dernier scrutin fut annulé par le tribunal administratif puis par le Conseil d’Etat, le 12 juillet 2002 après un recours de Fuchs. Aux élections d’octobre 2002, la liste présentée par le Forum obtint 5,1% des voix au premier tour et aucun élu. Pour les élections municipales de 2008, critique par rapport à la gestion municipale, à direction communiste, alliée avec des socialistes, il constitua une liste « citoyenne et associative » qu’il situait « résolument à gauche » composée de militants des Verts et de l’association « Gauche citoyenne 94 ». association politique qui regroupait des associations citoyennes de différentes communes du Val de Marne. Sa liste obtint 5, 45 % des suffrages exprimés et un élu, Fuchs.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50380, notice FUCHS Yves, Alain par Jacques Girault, version mise en ligne le 28 mai 2009, dernière modification le 28 mai 2009.

Par Jacques Girault

ŒUVRES :
-  Nombreuses publications scientifiques.
-  La coopération. Aide ou néocolonialisme ?, Paris, Editions sociales, Notre temps, 1973.

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. – Site Internet « monchampigny ». - Presse syndicale. – Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément