GABILLY Marcel, Joseph

Par André Caudron

Né le 6 juin 1904 à Paris (XVe arr.), mort le 3 mai 1984 à Paris (XVe arr.) ; journaliste à Centre-Ouest (1926), à La Croix (1930), au Figaro (1940) ; rédacteur en chef adjoint (1958), rédacteur en chef (1964-1979), membre du directoire (1976-1984) ; membre du bureau syndical du SJF-CFTC (1954-1956).

D’origine modeste, Marcel Gabilly était le fils d’un valet de chambre et d’une cuisinière qui, à l’époque de sa naissance, exerçaient leurs fonctions 8 place du Palais Bourbon à Paris. C’est au collège privé Saint-Stanislas de Poitiers (Vienne) qu’il fit ses études. Titulaire du baccalauréat, il entreprit dans cette ville, en 1926, une carrière de journaliste à Centre-Ouest, ancien organe bonapartiste qui était alors largement diffusé à travers le Poitou et en Touraine. Il fut embauché quatre ans plus tard par La Croix de Paris, où il se fit connaître comme rédacteur parlementaire. Il passa en 1940 au Figaro où il allait rester jusqu’à sa mort.

Promu chef du service politique en 1945, Marcel Gabilly était très apprécié par les lecteurs du quotidien national de droite dont il devint rédacteur en chef adjoint en 1958. Il continua de monter les échelons jusqu’au faîte de la hiérarchie professionnelle, en tant que rédacteur en chef (1964-1979) et directeur adjoint de la rédaction (1971-1979). Il entra en 1971 au conseil de surveillance de la Société de gestion du Figaro, conseil dont il fut ensuite nommé vice-président (1975). Peu après l’arrivée de Robert Hersant, nouveau propriétaire du quotidien, il devint membre du directoire en 1976 et fut réélu à ce poste à deux reprises, en 1980 puis en décembre 1983, soit cinq mois avant sa disparition à la veille de ses quatre-vingts ans.

Au directoire du Figaro, Marcel Gabilly avait représenté l’équipe Pierre Brisson, du nom de l’ancien directeur, décédé accidentellement en 1964. Celle-ci comprenait à l’origine cinq journalistes qui avaient hérité juridiquement du défunt, auparavant détenteur de l’autorisation de faire reparaître le titre en 1944. Cette équipe exerçait collectivement un droit de regard sur toute modification intervenant dans la propriété du Figaro et disposait d’un paquet d’actions privilégiées, appelées actions B. Jean Prouvost en 1970 et Robert Hersant en 1975 n’auraient pu devenir patrons du journal sans le consentement du petit groupe composé, outre Marcel Gabilly, de Louis Gabriel-Robinet, Louis Chauvet, qui allaient mourir avant lui, l’académicien Jacques de Lacretelle et Michel P. Hamelet. À la disparition de ces derniers, les actions B devaient passer entre les mains des détenteurs d’actions C, c’est-à-dire les membres de la rédaction.

Marcel Gabilly collabora à plusieurs journaux étrangers, le Chicago Daily News, le Gardian et le Times de Londres de 1945 à 1964. Il écrivit aussi de nombreuses chroniques politiques pour la Revue de Paris, à partir de 1952, puis pour la Revue des deux mondes (1971-1980).

Adhérent du Syndicat des journalistes français (SJF-CFTC), il siégea au conseil national de cette organisation de 1946 à sa démission en 1958 et fut membre de son bureau pendant deux ans (1954-1956). Il était commandeur de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite, ainsi qu’officier du Mérite de la République italienne.

Il avait épousé Paulette Bourlet à Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne), le 11 juin 1929, puis après son divorce, en secondes noces, à Paris, le 18 août 1951, Marie-Blanche Rouchonnat à laquelle il survécut.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50296, notice GABILLY Marcel, Joseph par André Caudron, version mise en ligne le 21 mai 2009, dernière modification le 21 mai 2009.

Par André Caudron

ŒUVRE : Postface du livre Je suis journaliste de Louis Gabriel-Robinet, préface de Jean d’Ormesson, La Télédition, Noyers (Yonne), 1975.

SOURCES : Who’s who in France, 1983-1984. — L’Écho de la presse et de la publicité, n° 1361, 14 mai 1984. — Henry Coston, Dictionnaire de la politique française, t. 1, 1967. — Notes d’Éric Belouet et de Nathalie Viet-Depaule.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément