FABRE Benjamin, Louis, Charles, Gilbert

Par Jacques Girault

Né le 9 novembre 1928 à Virieu-sur-Bourbre (Isère), mort le 9 septembre 2019 ; professeur ; militant communiste de l’Isère.

Fils d’un médecin, Benjamin Fabre obtint une licence et un diplôme d’études supérieures de Philosophie en 1952 à la Sorbonne. Reçu à l’agrégation, nommé au lycée de Calais (Pas-de-Calais), puis au collège de Barcelonnette (Alpes-de-Hautes-Provence) de 1954 à 1956, il fut nommé au lycée Champollion à Grenoble (Isère). Il se maria en août 1952 à Montélimar (Drôme) avec Mireille Bastide, née le 18 juin 1929 à Paris, fille d’un avocat à Montélimar qui avait fait ses études de lettres et était professeur certifié de lettres, après 1956, au lycée de Vizille (Isère). Le couple eut deux enfants et divorça en 1980.

Benjamin Fabre militait au Parti communiste français. Dans son enseignement, il assurait une initiation à la poésie contemporaine. Ainsi il encouragea ses élèves à lire, en 1956, alors qu’il venait d’être publié, le Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire. Il participa à la création d’un ciné-club en 1956 à Barcelonnette avec ses camarades Maurice Loi*, Michelle Loi, Joseph Baudoin*. Il quitta le PCF en 1958.

En 1966, Benjamin Fabre partit au Chili pour occuper la chaire de professeur de psychopédagogie à l’université de Santiago. Il donnait des conférences à l’Institut culturel français. Le 20 novembre 1969, la presse annonça l’arrestation des époux Fabre. Ils étaient accusés d’avoir hébergé des militants du mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR). Aussitôt se constitua à Grenoble un comité de défense. La direction de la fédération communiste discuta de la présence de communistes dans le comité de soutien à un ex-communiste. Le secrétaire demanda à la direction du PCF un avis, le 25 novembre. Le secrétariat du PCF répondit qu’il ne fallait pas s’engager sur le fond mais qu’un ou deux communistes influents pouvaient participer au comité et signer des pétitions de soutien.

Benjamin Fabre se remaria en mai 1991 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Le couple divorça en 1999.

Retraité dans son village natal, Benjamin Fabre participait aux activités et aux réflexions du café-philo En 2015, il intervint lors d’une journée de réflexions sur le thème « Cultures, territoires, éducation populaire » et en janvier 2016 sur le thème « Culture, éducation populaire, transformation sociale ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50146, notice FABRE Benjamin, Louis, Charles, Gilbert par Jacques Girault, version mise en ligne le 9 mai 2009, dernière modification le 15 septembre 2019.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Presse nationale. — Sources orales. — Notes de Samy Fouché.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément