BERTRAND Louis, Henri

Par Michèle Rault

Né le 22 juin 1876 à Sacy (Marne), mort le 3 novembre 1943 à Oran (Algérie) ; caviste, gérant d’un magasin d’alimentation, ouvrier ; militant communiste ; maire adjoint d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) de 1925 à 1940.

Louis Bertrand en 1929
Louis Bertrand en 1929
[Arch. Com. Ivry-sur-Seine]

Fils d’un maréchal-ferrant, Louis Bertrand était caviste à Reims (Marne) lorsqu’il se maria dans cette ville le 27 avril 1901 avec Marie, Joséphine Garnir, couturière. S’il est difficile de savoir exactement quand il vint habiter Ivry-sur-Seine (il figure sur les listes électorales de 1920 comme gérant), son engagement à la SFIO était suffisamment notoire pour qu’il ait été candidat, sans succès, aux élections municipales de 1919. Il signa la motion Cachin-Frossard en faveur de l’adhésion à la IIIe Internationale, avant le congrès de Tours (décembre 1920) et rejoignit donc le Parti communiste. Il faisait partie, avec sa femme, des premiers communistes ivryens. Le 10 mai 1925, il fut élu conseiller municipal de la section (quartier du Centre) sur la liste dirigée par Georges Marrane et devint adjoint supplémentaire le 8 août 1925. Réélu le 12 mai 1929 et le 5 mai 1935 (deuxième de la liste avec 5 557 voix sur 12 863 inscrits et 10 771 votants), il fut désigné comme troisième adjoint le 22 mai 1929 et le 13 mai 1935.

Le conseil de préfecture le déchut de son mandat le 9 février 1940, pour appartenance au Parti communiste. Selon un rapport de police, « son activité révolutionnaire ne s’était pas ralentie depuis les hostilités, et il poursuivait activement la propagande clandestine en faveur de l’Internationale communiste, parmi la population ouvrière d’Ivry-sur-Seine ». Interné administrativement le 28 mai 1940, Louis Bertrand fut successivement détenu aux camp de Baillet (Seine-et-Oise), de l’Ile d’Yeu (Vendée), de Riom-ès-Montagnes (Cantal) et Saint-Paul d’Eyjeaux (Haute-Vienne) avant d’être déporté, le 3 mars 1941 en Algérie à Djelfa puis au centre d’accueil des internés politiques d’Oran. Bien que son état de santé lui valût un avis favorable de libération, il ne put être transféré et mourut à l’hôpital civil d’Oran.

Père d’une fille, née en 1902, Louis Bertrand fut inhumé au cimetière d’Ivry le 9 septembre 1950. Une rue de la commune porte son nom depuis le 27 juillet 1945.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50089, notice BERTRAND Louis, Henri par Michèle Rault, version mise en ligne le 14 août 2009, dernière modification le 18 décembre 2009.

Par Michèle Rault

Louis Bertrand en 1929
Louis Bertrand en 1929
[Arch. Com. Ivry-sur-Seine]

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; versement 10451/76/1. — Arch. PPo. 101. — Archives du ministère des Anciens combattants. — Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — Notes de Claude Pennetier. — État civil de Sacy, Reims, Oran, Ivry-sur-Seine.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément