LEBLOND Fernand, François, Joseph. Pseudonyme à Moscou : LENOIR Fred (version DBK)

Par Christian Lescureux, Yves Le Maner, Claude Pennetier

Né le 15 juin 1908 à Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), fusillé par les Allemands le 14 avril 1942 à Lille (Nord) ; mineur ; militant communiste du Pas-de-Calais ; envoyé à l’École léniniste internationale de Moscou mais refusé.

Fils d’un mineur, mineur lui-même puis ouvrier d’usine en chômage partiel depuis 1931, Fernand Leblond adhéra au Parti communiste en 1932. Il avait été secrétaire des Jeunesses communistes d’Hénin-Liétard. Il était, début 1934, co-secrétaire, avec Cyprien Quinet et Jules Mattez, de l’Union locale CGTU de sa ville natale. Il assurait la fonction de secrétaire d’une coopérative et d’une section du Secours rouge international. Il était marié et père d’un fille.

Envoyé en URSS pour suivre les cours de l’Ecole léniniste internationale, il arriva à Moscou le 17 mars 1934 avec un passeport établi à son vrai nom. On lui donna le pseudonyme de Fred Lenoir. Envoyé à l’ELI, il ne fut pas « reçu à l’école » et revint en France dans les mois qui suivirent. Il était pourtant noté comme suit L’évaluation se décomposait de la manière suivante : « académique : assez bon ; politique faible ; social : faible ; liaison masse : mauvaise. Défaut orgueuilleux. Qualités particulières : rédaction. organisation ». (RGASPI 517 1 1113)

Vers le milieu de l’année 1941 il participa à la tentative de sabotage, avortée, de la Centrale d’Harnes avec une quarantaine d’individus. Il participa activement aux mouvements de grèves des mois de mai et juin 1941 et fit l’objet 1941 d’un mandat d’internement en date du 6 septembre 1941 probablement à la suite du vol de dynamite à la poudrière de Beaumont en Artois. Il prit la fuite le 8.

Le 3 octobre 1941, avec une douzaine d’individus il cambriola la ferme Rachenne à Harnes. Dans la nuit du 27 au 28 novembre 1941, il participa au cambriolage de la mairie de Courcelles-les-Lens avec Ledent, Michel Brulé, Lespagnol et Cathelain. Enfin le 22 décembre 1941, il participa à la tentative de sabotage du filin d’extraction à la fosse 4 des mines de Drocourt à Méricourt sous Lens avec trois autres individus.

Il fut arrêté le 30 janvier 1942 à la mairie de Lens avec Idora Waterlot épouse Chauvet qui l’hébergeait, alors qu’il venait chercher des cartes d’alimentation. Reconnu, la mairie fut cernée par la police. Il avait sur lui des faux papiers au nom de Cotteret André né le 18 juin 1908 à Hénin-Liétard. Il finit par reconnaître son identité véritable. Une visite à son domicile permit de saisir un pistolet automatique, sept balles et un chargeur, des brochures et des tracts communistes ainsi que des tickets d’alimentation de la mairie de Harnes.

Le tribunal militaire allemand d’Arras le condamna à la peine de mort pour activité communiste clandestine, et tentative de destruction par explosifs et il fut fusillé le 14 avril 1942 à Lille.

Il fut homologué à titre posthume Lieutenant FFI

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50064, notice LEBLOND Fernand, François, Joseph. Pseudonyme à Moscou : LENOIR Fred (version DBK) par Christian Lescureux, Yves Le Maner, Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 mai 2009, dernière modification le 29 septembre 2010.

Par Christian Lescureux, Yves Le Maner, Claude Pennetier

SOURCES : BAVCC, Caen.— RGASPI, 495 270 1018 (texte russe traduit par Macha Tournié). — Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5304. — État civil d’Hénin-Beaumont et de Lille. — Note de Sylvain Boulouque.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément