ARMAND Inessa [née STEFFIN Élisabeth Fiodorovna]. Pseudonyme littéraire : BLONINA Eléna. (version Dictionnaire du Komintern)

Par Serge Wolikow

Née le 26 avril 1874 à Paris, morte le 24 septembre 1920 à Kislovodsk (URSS) ; professeur ; militante du mouvement international communiste et ouvrier : membre du bureau du Parti communiste de la région de Moscou (1917-1920), directrice de la section des femmes au CC du PCR (b) (191820) ; organisatrice et présidente de la 1re conférence internationale des femmes (1920).

Inessa Armand naquit dans une famille d’acteurs. Son père, Steffin Théodore, d’origine française, était chanteur d’opéra. Sa mère, Nathalie Vilde, franco-anglaise, fut actrice et professeur de chant. Après la mort de son père, Inessa fut élevée par une tante institutrice à Moscou. Elle prenait et donnait des cours de langues étrangères, recevait des leçons de musique avec des précepteurs. En 1891, Inessa passa un concours pour être gouvernante. En 1893 elle se maria avec A. E. Armand, propriétaire d’entreprises de textile. En 1904, elle adhéra au Parti social-démocrate russe et participa à la révolution de 1905-1907. En 1905 et à deux reprises en 1907, elle fut arrêtée et déportée à Mesegne dans la province d’Arkhangelsk. Mais, en 1908, elle s’évada pour gagner Moscou puis la Suisse en 1909 avant de s’installer à Paris. Dans les années 1909-1910, elle habitait Bruxelles, où elle passa avec succès, les examens terminaux de l’Université nouvelle de Bruxelles. En automne 1910, elle se rendit à Paris, où séjournait alors Lénine* et où s’était installé le centre étranger des bolcheviks. Le congrès des organisations étrangères du POSDR l’élut au comité central. Au cours de l’été 1911, on lui demanda de donner des cours d’économie politique à l’école politique russe de Longjumeau près de Paris.

En mars 1912, elle fut envoyée à Pétersbourg pour reconstituer l’organisation clandestine du Parti, mais la police l’arrêta. Au printemps 1913, elle fut mise en liberté sous caution, se réfugia à l’étranger, où elle resta jusqu’en février 1917. Elle habita d’abord à Cracovie, où se trouvait le centre étranger des bolcheviks, en automne 1913 elle se rendit à Paris pour travailler dans le groupe parisien des bolcheviks. En juillet 1914, Inessa Armand s’appuya sur un rapport du CC du POSDR pour défendre les thèses du Parti bolchevique au cours d’une conférence du Bureau socialiste international à Bruxelles. Elle participa, en mars 1915, à la conférence internationale socialiste des femmes, qui eut lieu à Berne, puis, en avril 1915, elle contribua aux travaux de la conférence internationale socialiste de la jeunesse. En septembre 1915 et avril 1916, elle assista aux conférences socialistes internationales de Zimmerwald et de Kienthal. En 1916, elle passa quelques mois à Paris en s’acquittant des commissions de Lénine*. En avril 1917, après avoir quitté la Suisse pour la Russie avec un groupe d’émigrés bolcheviques qui en avait obtenu l’autorisation, elle fut déléguée du comité du PC de Moscou à la 7e conférence panrusse (d’avril), puis au 6e congrès du POSDR (b) de la même année.

Après la Révolution d’Octobre, elle mena à bien une tâche de propagandiste, siégea aux bureaux du comité du parti de la région de Moscou et de la Commission centrale exécutive et fut présidente du Soviet régional de l’économie nationale. À partir de 1919, elle dirigea la section des femmes du CC du PCR (b).

Au début de 1919, Inessa Armand fut envoyée en France avec la délégation de la Croix rouge de la Russie soviétique. La délégation, qui comprenait également D. Manouilski* et Davtian, conseiller de la représentation plénipotentiaire de la RSFSR à Paris, avait pour but d’obtenir le retour en Russie des soldats de l’Armée russe captifs et internés. La tâche clandestine de cette mission consistait notamment en une prise de contacts avec les partisans de Lénine* parmi les socialistes français. Après la fin de la mission, Inessa Armand milita dans des groupes de femmes. En 1920, devenue l’amie proche de Lénine* (Marcel Body* affirma que des liens intimes les unissaient), elle participa au travail du IIe congrès de l’IC, dirigea l’organisation et présida le travail de la 1re conférence internationale des femmes. Après la conférence elle partit en vacances dans le Caucase où elle attrapa le choléra. Elle mourut le 24 septembre 1920 et fut enterrée à Moscou sur la place Rouge.

Armand publia de nombreux articles dans la presse, et fut membre du conseil de rédaction de la revue Kommunistka (Femme-communiste).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49995, notice ARMAND Inessa [née STEFFIN Élisabeth Fiodorovna]. Pseudonyme littéraire : BLONINA Eléna. (version Dictionnaire du Komintern) par Serge Wolikow, version mise en ligne le 28 avril 2009, dernière modification le 28 avril 2009.

Par Serge Wolikow

SOURCES : Lénine V.I. Œuvres compl., v.35. — I.F Armand, Articles, discours et lettres, éd. de la littérature politique, Moscou, 1975. — Marcel Body, Un piano en bouleau de Carélie. Mes années de Russie1917-1927, Paris, Hachette, 1981.

Version imprimable Signaler un complément