GALLÉANO Marcel, Paul, Marius

Par Jacques Girault

Né le 8 novembre 1905 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 4 juillet 1997 à Hyères (Var) ; artisan prothésiste dentaire ; militant socialiste du Var ; adjoint au maire de Hyères.

La mère de Marcel Galléono était mère journalière ; son père, ouvrier boulanger, était secrétaire de son syndicat et membre du Conseil de prud’hommes. Ils ne firent donner que le baptême à leur fils qui obtint le certificat d’études après avoir fréquenté l’école communale de Saint-Gabriel. Il effectua son service militaire à l’hôpital militaire de Düren en Rhénanie (1926-1927). Il s’installa à Hyères (Var) comme artisan prothésiste dentaire en mars 1929.

Membre du Parti socialiste SFIO, en 1930, trésorier de la section en 1932, Galléano le demeura jusqu’en 1935, date à laquelle la presse annonçait sa démission. Il avait participé à la renaissance de la section SFIO après la scission « néo ». Candidat aux élections municipales, il obtint, le 5 mai 1935, 335 voix sur 4 657 inscrits. Délégué aux Jeunesses socialistes d’août 1935 à la guerre, il le redevint de la Libération à 1949.

Marcel Galléano, délégué au congrès national en 1937, fut également délégué au congrès de la Fédération SFIO, le 22 mai 1939.

Mobilisé dans le service de santé de l’infirmerie alpine à Guillaumes (Alpes-Maritimes), Galléano, après sa démobilisation dans l’été 1940, revint à Hyères, où il se maria en juillet 1940 avec Marie-Louise Flory et eut deux enfants. Il participa activement à la Résistance socialiste, fit partie du Parti socialiste clandestin et de la milice socialiste de Marseille.

Désigné à la commission municipale mise en place à la Libération, candidat sur la liste présentée par la SFIO, et le MLN aux élections municipales, Galléano obtint, le 29 avril 1945, 1 857 voix sur 11 208 inscrits. Il ne fut plus candidat par la suite et fut secrétaire de la section socialiste SFIO d’Hyères de 1952 à 1967. Dans le même temps, il était membre du comité fédéral. Il fut désigné à diverses reprises comme membre de la commission fédérale des conflits, par exemple lors des congrès fédéraux de Toulon, le 26 juin 1955 et de Saint-Raphaël, le 11 mars 1956.

En 1958, Marcel Galléano se prononça pour répondre « oui » au referendum comme la majorité de la fédération. Candidat aux élections municipales, il devint adjoint au maire en avril 1977. Il était délégué à l’État civil et au bureau d’aide sociale. Il ne se représenta pas en 1983 et la liste socialiste sortante fut battue. Président du syndicat patronal des Prothésistes dentaires du Var de 1960 à 1972, membre de la Ligue des droits de l’Homme, Galléano était chef du groupe d’Hyères des Éclaireurs de France depuis 1959. Président départemental des Auberges de Jeunesses (1955-1957), il fut, à partir de 1978, président d’honneur des Amis de la Nature. En 1984, il était vénérable d’honneur de la Loge maçonnique « Le Réveil des Iles d’Or » (grand Orient de France).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49931, notice GALLÉANO Marcel, Paul, Marius par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 avril 2009, dernière modification le 25 avril 2009.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 7.35.2 ; 4 M 59.2 ; 18 M.13. — Arch. J. Charlot (CRHMSS). — Presse locale. — Renseignements fournis par l’intéressé. — État civil de Marseille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément