ALIKHANOV Guevorgue, Sarkissovitch

Par Mikhaïl Pantéleiev, Serge Wolikow, traduction Natacha Armand

Né en 1897 à Tiflis (Géorgie), victime de l’épuration, fusillé le 13 février 1938 à Moscou ; fonctionnaire du Parti : membre du comité central (CC) du PC de l’Azerbaïdjan (1930) ; directeur de la section d’Organisation du bureau de l’Asie centrale du CC du PC (1930-1931) ; directeur du service du personnel du CE de l’Internationale communiste (1936-1937).

Guevorgue Alikhanov naquit dans une famille pauvre de petits bourgeois de nationalité arménienne. Son père, Sarkice Alikhanov était commis de magasin, sa mère était blanchisseuse. Il fit ses études secondaires pendant cinq ans au séminaire d’Arménie. Au début de la Première Guerre mondiale, il s’engagea dans le détachement arménien de volontaires commandé par Andrinine. Quelques mois plus tard il déserta et au début de 1915 revint à Tiflis, où il entra à l’école technique. Il participa alors aux cercles clandestins d’étudiants. Il devint ainsi l’un des organisateurs de l’Union des étudiants marxistes de Transcaucasie et l’un des fondateurs de la première organisation des Jeunesses communistes Spartak à Tiflis. À partir de 1917, il fut membre du Parti communiste bolchevique (le PCR (b)). Il était alors propagandiste à Tiflis et à Bakou. En 1918, il dirigea une révolte à Loti (province de Tiflis) et participa à un soulèvement à Douchète. En 1919, il travailla au comité du PCR (b) de Bakou et fut ensuite secrétaire du comité clandestin du Parti ; arrêté par les mencheviks, il fit quelques mois de prison. Au cours de l’été 1920, il fut expulsé vers la Russie soviétique. Après trois mois de travail dans la région du Nord du Caucase, il fut rappelé à Bakou où il travailla comme directeur du bureau de propagande du comité du PCR (b) de la ville. Après l’instauration du pouvoir soviétique en Arménie, il fut coopté au CC puis élu secrétaire du comité central du Parti communiste de l’Arménie.

Au cours de l’été 1921, il fut mis à la disposition du CC du PCR (b) et devint, en 1921-22, directeur du bureau de propagande du comité de parti de l’arrondissement Baoumanski à Moscou. En 19221925, il dirigea le bureau d’Organisation du comité du PC Vassiliéostrovski et fut ensuite pendant six mois instructeur du bureau du Nord-Ouest du CC du PCR (b). En 1925-1926 il fut envoyé en Extrême-Orient, où il travailla comme secrétaire du comité de district du PCR (b) à Tchita et comme membre du bureau de Transbaïkalie du comité régional du PCR (b). En 1926-1928, il travailla à Leningrad, d’abord comme directeur du bureau d’Organisation du comité du PC de l’arrondissement Volodarski et ensuite de l’arrondissement Viborgski. En 1928-1930 il étudia à l’École léniniste internationale à Moscou. En 1930, il fut nommé à Bakou comme secrétaire du comité du PC du district Baîlovski, membre du comité du PC de Bakou et membre du CC du PC de l’Azerbaïdjan. Lors de l’été 1930, il fut relevé de toutes ses fonctions par décision du CC du PCR.(b) : il était accusé d’avoir mené une lutte « sans scrupule » contre le secrétaire du comité du parti de Bakou et le secrétaire du CC du PC de l’Azerbaïdjan Guikalo. Il fut alors déplacé en Asie centrale comme directeur du bureau d’Organisation de la section de l’Asie Centrale du CC du PC à Tachkent.

En 1931, il revint travailler dans l’appareil de l’IC, d’abord comme rédacteur puis comme directeur adjoint du Ländersecrétariat des Balkans. Il enseigna en même temps à l’École léniniste internationale (1934-1935). Devenu en 1935 l’un des membres du secrétariat de Moskvine, il fut promu le 1er octobre 1936 directeur du service du personnel du CE de l’IC. À ce titre, il s’intéressa également aux dossiers personnels des cadres des partis communistes occidentaux. Il resta à ce poste jusqu’au 27 mai 1937, date à laquelle il fut arrêté par le NKVD comme « ennemi du peuple et traître à la révolution prolétarienne ». Il fut fusillé le 13 février 1938. Marié avec Bonner Rouph Grigorievna, ils avaient eu une petite fille, Elena, qui devint la compagne d’Andréi Sakharov.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49897, notice ALIKHANOV Guevorgue, Sarkissovitch par Mikhaïl Pantéleiev, Serge Wolikow, traduction Natacha Armand, version mise en ligne le 23 avril 2009, dernière modification le 3 octobre 2010.

Par Mikhaïl Pantéleiev, Serge Wolikow, traduction Natacha Armand

SOURCES : RGASPI, 495 65a 848.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément