GIRARD Florent, Ernest

Par Claude Pennetier

Né le 9 novembre 1919 au Moule (Guadeloupe), mort le 18 août 1998 à Saint-François (Guadeloupe) ; pharmacien ; militant communiste de Guadeloupe jusqu’en 1969 et défenseur du droit des Guadeloupéens à l’autodétermination ; maire du Moule (1971-1977).

Florent Girard
Florent Girard

Florent, Ernest Vautély était le fils naturel de Augusta Vautely, âgée de trente quatre ans, sans profession. Il fut reconnu le 19 mars 1937 par Aristide Rosan Girard, enseignant. Florent Girard, frère de Rosan Girard*, fit ses études secondaires au lycée Carnot de Pointe-à-Pitre. Il aurait aimé entrer dans une faculté parisienne mais la guerre l’en empêcha. Il fit donc ses études universitaires en mathématiques générales à l’Institut des hautes études à Rabat (Maroc). Après s’être battu dans l’armée du Général de Lattre de Tassigny jusqu’à Saverne et Hagen, il reprit des études à la faculté de pharmacie de Paris et les termina en 1951. Diplômé d’État, titulaire d’un certificat supérieur de sérologie appliquée, il travailla pendant cinq ans dans le Var puis créa au Moule une pharmacie et un laboratoire d’analyses médicales qu’il dirigea de 1956 à 1986.

Florent Girard avait adhéré au Parti communiste pendant ses études à Paris. De retour en Guadeloupe, il partagea l’engagement de son frère, forte personnalité du mouvement communiste.

Il fut, en mars 1967, cosignataire d’un manifeste critiquant la tactique de compromis des élus communistes, manifeste signé également par Jules Boisel, Victor Cécile, Max Ganot, Arsène Monrose, Eugène Plumasseau, Paul Tomiche et Nicolas Ludger*.

Florent Girard rompit avec le Parti communiste de Guadeloupe (PCG) en 1969 et fut maire du Moule de 1971 à 1977, ville dont son frère avait lui aussi été maire. Il fut conseiller général et régional de la Guadeloupe de 1979 à 1984.

En 2005, il se présentait ainsi : « II reste un fidèle partisan du droit imprescriptible des Guadeloupéens à l’autodétermination, sous condition d’une révolution culturelle préalable, et de l’apport indispensable de sang neuf et lucide au personnel politique local actuel » (Légitimus…, p. 11).

Florent Girard s’était marié à Paris (VIe arr.) le 24 juillet 1948 avec Annette Cancelier.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49752, notice GIRARD Florent, Ernest par Claude Pennetier, version mise en ligne le 7 avril 2009, dernière modification le 13 septembre 2010.

Par Claude Pennetier

Florent Girard
Florent Girard

ŒUVRE : Hégésippe Jean Légitimus, apôtre de l’émancipation des Nègres de la Guadeloupe, documents originaux réunis, commentés et annotés par Florent Girard, Pointe-à-Pitre, Éditions Jasor, 2005.

SOURCES : Arch. Dép. Guadeloupe. — RGASPI, 203 26. — L’Étincelle. — Laurent Farrugia, « Luttes ouvrières et politiques en Guadeloupe de 1946 à 1978 », in Historial antillais, t. VI. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément