GENIET Paul

Par Antoine Olivesi

Né le 15 novembre 1908 à Arles (Bouches-du-Rhône), mort le 16 avril 1983 à Fontvieille (Bouches-du-Rhône) ; ingénieur ; syndicaliste, surtout dans les Bouches-du-Rhône ; résistant, membre du Front national ; membre du conseil national du Mouvement de la paix.

Paul Geniet était issu de familles provençales où l’on avait exercé des métiers manuels très divers. Son grand-père paternel était patron de barque sur le Rhône et avait épousé la fille d’un ménager de Camargue. Son grand-père maternel avait été aiguilleur au PLM et s’était marié avec une coiffeuse originaire des Basses-Alpes et comme lui d’origine paysanne. Son père fut ouvrier d’entretien à Salin-de-Giraud en Camargue avant de devenir gérant d’épicerie puis clerc d’huissier. Il mourut prématurément, laissant sa femme sans profession et son fils âgé de douze ans.

Paul Geniet put cependant accomplir des études secondaires et supérieures à Arles, puis à Marseille (Mathématiques Supérieures) qui lui permirent d’accéder, par concours, au rang d’ingénieur des travaux publics de l’État (ITPE). Ingénieur en 1933 après quelques années d’auxiliariat et au terme de son service militaire, il adhéra cette année-là au syndicat CGT de sa corporation à Auxerre. Paul Geniet devint par la suite secrétaire du syndicat de l’Yonne et le demeura jusqu’à sa nomintation à Arles en 1939.
Pendant la Résistance, il appartint au réseau Radio-Patrie.

L’activité militante de Paul Geniet fut surtout importante aorès la Libération. Sur le plan syndical, il devint secrétaire général adjoint du syndicat des IPTE des Bouches-du-Rhône et lutta contre la scission FO en 1947. Il était délégué régional de la Fédération CGT des Travaux publics à la même époque. Sur le plan politique, Paul Geniet fut membre du Front national. Il fit ensuite partie du conseil national du Mouvement de la paix dont il fut l’un des présidents du conseil pour les Bouches-du-Rhône.
Il s’impliqua aussi beaucoup sur le terrain à Arles : prise de parole lors de la journée du 2 octobre 1949, allocution le 12 août 1950 lors du passage du relais de la paix, discours le 29 juillet 1952 en l’honneur de Simone Martin, membre du Comité d’action pour la paix au Viêt-nam créé en janvier 1953, nombreux appels contre le réarmement allemand en 1954. Paul Geniet assista aussi à plusieurs congrès nationaux et internationaux, notamment à Paris, à Genève, ainsi qu’au congrès mondial pour le Désarmement et la Paix à Moscou, en juillet 1962, au sein de la délégation française.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49556, notice GENIET Paul par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 20 mars 2009, dernière modification le 4 juin 2009.

Par Antoine Olivesi

ŒUVRE : Nombreux articles dans des bulletins syndicaux et dans L’Arlésien, entre 1945 et 1948.

SOURCES : Le Provençal (édition d’Arles), 18 avril 1983. — Réponse du militant au questionnaire. — Renseignements fournis par Cl. Mauron. — La Marseillaise, 30 juillet 1952, 23 janvier 1953, 9 janvier 1954

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément