GOULOIS Michel, Noël, Paul, Charles

Par Jean-Claude Guillon

Né le 25 décembre 1927 à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), mort le 5 mai 1995 à Tours (Indre-et-Loire) ; chef de manutention ; membre du conseil national de la Fédération CGT des cheminots (1968-1973), secrétaire de l’UD-CGT d’Indre-et-Loire (1971-1995), militant du MLP, du PSU puis du PS ; conseiller municipal de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) puis d’Esvres (Indre-et-Loire).

Fils d’un employé des chemins de fer, Michel Goulois exerça le métier de menuisier avant d’entrer à la SNCF en 1953 comme manutentionnaire à la halle mécanique de Tours. Il termina sa carrière en 1982 comme chef de manutention à Saint-Pierre-des-Corps.

Militant chrétien, après un passage à la CFTC et au Mouvement de libération du peuple (MLP), il adhéra à la CGT en 1961 et occupa plusieurs fonctions syndicales : secrétaire général adjoint du secteur cheminot de 1962 à 1967, délégué du personnel de 1963 à 1971, membre du secrétariat de l’Union locale de Tours de 1969 à 1976, secrétaire de l’Union départementale CGT d’Indre-et-Loire de 1971 à 1995 où il s’occupa des problèmes sociaux et juridiques. Il fut également membre du conseil national de la Fédération des cheminots de 1968 à 1973.

Après avoir combattu contre la guerre d’Algérie, Michel Goulois adhéra au Parti socialiste unifié (PSU) dont il sera secrétaire de la fédération tourangelle en 1963-1964. Ensuite il anima l’Union des groupes et clubs socialistes (UGCS) de Jean Poperen et participa à la création du nouveau Parti socialiste d’Alain Savary. Il fut trois fois, en 1973, 1978 et 1981, candidat suppléant aux élections législatives.

Il fut également conseiller municipal socialiste de Saint-Pierre-des-Corps de 1971 à 1983, puis à Esvres (Indre-et-Loire) - où il s’était retiré à sa retraite - de 1989 à 1995.

Michel Goulois possédait talent de négociateur et sens du dialogue. Toujours disponible et d’humeur égale, il laissa un grand vide dans le mouvement ouvrier tourangeau lors de sa brutale disparition.

Il s’était marié en juillet 1950 à Saint-Pierre-des-Corps avec Josette Delaunay.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article4505, notice GOULOIS Michel, Noël, Paul, Charles par Jean-Claude Guillon, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 14 juin 2010.

Par Jean-Claude Guillon

SOURCES : Compte-rendu des congrès fèdéraux. — Fichier des adhérents du PSU. — La Tribune socialiste, 2 février 1963. — La Nouvelle République, 8 mai 1995. — La Voix du peuple, 12 mai 1995. — La Vie du rail, 12 mai 1995. — Notes de Gilles Morin et de Pierre Vincent. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément