GERMANAZ Charles

Par Justinien Raymond, Louis Botella

Cheminot ; syndicaliste unitaire (CGTU) puis confédéré [CGT] de Savoie.

Cheminot à Chambéry, Charles Germanaz fut secrétaire du syndicat CGTU de sa profession, dès sa création lors de la scission de 1921 semble-t-il. Il représentait son organisation comme assesseur à la réunion intersyndicale du 30 octobre, groupant, à Chambéry, 350 cheminots, de la CGT, de la CGTU et de l’Union nationale de défense professionnelle. Le 14 janvier 1923 il assista à Chambéry au congrès des syndicats unitaires de la Savoie. Le 31 mars 1925 à l’assemblée générale du syndicat des cheminots CGTU Germanaz, qui présidait la séance, soutint une vive controverse avec Sellien, délégué CGTU de Lyon au sujet des directives à donner. Germanaz souhaitait se cantonner sur le terrain corporatif. Sellier voulait « que le syndicat unitaire devienne un des organes actifs du Parti communiste ».

Chef de train, il était, depuis février 1927 au moins, secrétaire du syndicat confédéré [CGT] des cheminots de Chambéry et secrétaire de la section technique des agents de train au sein de ce syndicat.

En novembre 1930 et en février 1934, il figura sur la liste des candidats présentés par la CGT lors de l’élection des membres du Conseil supérieur des chemins de fer.
Lors de l’assemblée générale du 23 janvier 1934, il fut remplacé par Jérôme Caron à la tête de la section technique des agents de train de Chambéry.

En juillet 1934, il fut signalé comme étant membre suppléant du conseil de la Fédération confédérée [CGT] des cheminots.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article4320, notice GERMANAZ Charles par Justinien Raymond, Louis Botella, version mise en ligne le 19 novembre 2018, dernière modification le 19 novembre 2018.

Par Justinien Raymond, Louis Botella

SOURCES : Arch. Nat., F7/13015, rapp. du 6 novembre 1933, 25 janvier 1923 et F7/13065, rapp. du 8 avril 1925. — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 15 février 1927, 15 novembre 1930, 1er et 15 février, 1er juillet 1934 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément