VIGNY

Tailleur de pierre à Paris en 1840. Président de la réunion des trente-deux syndics de la profession qui se dressa le 18 août contre le travail à la tâche, « nuisible à la masse des ouvriers en diminuant les travaux à la journée ». Les syndics et leur président avaient été désignés par une assemblée de deux mille cinq-cents corporants tenue ce jour à la barrière de Fontainebleau, qui s’engagèrent tous à se conformer aux décisions de leurs mandataires. Le mouvement du 18 août ouvrit la grève presque générale des ouvriers du bâtiment parisien de l’été 1840. Comme signataire en premier du règlement dit du 18 août, parce qu’il sortait des délibérations de l’assemblée de la barrière de Fontainebleau, Vigny fut condamné en correctionnelle à deux ans de prison et trois ans de surveillance, peine ramenée sur appel à un an de prison.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38763, notice VIGNY , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, 18 septembre et 17 octobre 1840.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément