VANDERBERG

Secrétaire en juin 1848 du comité des délégués des Ateliers nationaux du XIIe arr., il figura à ce titre parmi les signataires d’un appel manuscrit daté du 22 juin et affiché au Jardin des Plantes. Ce texte dénonçait les efforts des milieux dirigeant pour diviser les travailleurs et les éloigner de Paris, afin de leur ravir des droits « si chèrement acquis ». Il se concluait ainsi : « Pourquoi avons-nous souffert si patiemment jusqu’ici ? Vous le savez tous. C’est pour l’affermissement de la République démocratique. Courage donc encore quelques jours ; mais ne nous séparons pas, nos intérêts les plus chers seraient compromis.
Patience et union ! »

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38549, notice VANDERBERG , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Nat.,, C 993, dossier II, 2453. — A. I. Molok, « Problèmes de l’insurrection de juin 1848 », Questions d’histoire, t. 2, 1954, p. 83 sq. — Note de M. Cordillot.

Version imprimable Signaler un complément