VAIRON Jean-Baptiste [VERRON]

Par Pierre Baudrier, Jean-Claude Vimont

Charretier ; insurgé de juin 1832 à Paris.

Ce charretier de dix-neuf ans fut condamné pour sa participation à l’insurrection de juin 1832 à Paris. Le 5 au soir il avait participé à l’attaque de la fabrique d’armes Saint-Quentin, 17 rue Saint-Maur, avec Fusch, Lebleu, Idot*, Depoix, Bigard, Jean-Paul Blondeau, Vilain, Louis Lecot, Jules Bastide*, Pierre Charles Thomas*. Une distribution de munitions avait eu lieu ensuite à proximité, 3 rue de Ménilmontant, dans l’entreprise de marchands de bois de Bastide et Thomas, précités. La cour d’assises de la Seine condamna Vairon le 15 novembre 1832 à cinq années de prison pour pillage et attentat contre le gouvernement. Il fut emprisonné à Sainte-Pélagie jusqu’en juillet 1835, transféré à Bicêtre avant d’être acheminé dans la centrale de Clairvaux où il fut gracié en mai 1837.
Son témoignage au procès des « troubles de Sainte-Pélagie » des 27, 28, 29 septembre 1834 nous apprend que « Verron » était brigadier des balayeurs de Sainte-Pélagie.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38502, notice VAIRON Jean-Baptiste [VERRON] par Pierre Baudrier, Jean-Claude Vimont, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 avril 2018.

Par Pierre Baudrier, Jean-Claude Vimont

SOURCES : Arch. Dép. de la Seine D Y 8, registres d’écrous de Sainte-Pélagie. — Journal des débats politiques et littéraires, 15 et 16 novembre 1832. — Gazette des Tribunaux, 27 février 1835, p. 414, 1ère col. — J.-Cl. Vimont, Enfermer les politiques. Aux origines des régimes de détention politique (1810-1848), Thèse dact., Paris VII, 1991, 1295 pages.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément