THURNEZ Henri, Alphonse

Né le 15 février 1817 à Paris. Cordonnier-bottier en chambre à la Villette, il était aussi régisseur d’un immeuble avec sa femme, ancienne ouvrière peigneuse, condamnée en 1847 pour vol et escroquerie, de complicité avec son mari. En 1848, caporal de la garde nationale, il se porta avec sa compagnie à la mairie, le 23 juin, et y obtint du maire des bons de vivres destinés au poste de la barricade de la barrière de Pantin, puis alla travailler à une barricade rue Quintaine où il demeurait. Le lendemain, il livra de la poudre aux insurgés, injuria le maire en arrachant une affiche que celui-ci avait fait apposer, donna refuge à des insurgés et, finalement rallia la garde nationale, le 26, au piquet de la rotonde de la Villette. Il fut arrêté. On trouva dans la fosse d’aisances de son immeuble tout un matériel de guerre qui lui valut la transportation. Gracié en novembre 1849, il alla s’établir, au début de 1851, en boutique, passage Chausson. Il effrayait les locataires par ses emportements et ses idées « anarchiques ». En décembre 1851, il se rendit avec son fils aux barricades et rapporta de la mairie du Ve arrdt (ancien), quatre fusils. Dénoncé par son concierge, il fut transporté en Algérie (« Algérie moins »).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38289, notice THURNEZ Henri, Alphonse , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, A 5567 et B 1477.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément