TESSIER

Nous ne savons presque rien de lui sinon qu’il composa en 1844 un Chant communiste dédié à Monsieur Cabet* * et que l’édition de Moulins, 1849, indique « Tessier, des Verchers » :

_ Le temps n’est pas si loin qu’on peut le croire,
_ Où les trésors dont vous vous emparez,
_ Même à vos yeux ne vaudront pas la gloire.
_ En bien commun vous les réunirez.
_ Vos noms, qu’alors on aura soin d’inscrire,
_ Passeront grands à la postérité :
_ Avec bonheur nous irons les relire,
_ Nous qui voulons sagesse et liberté.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38142, notice TESSIER, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 19 janvier 2018.

SOURCES : La Chanson française. Le Pamphlet du pauvre (1834-1851). Introduction et notes par Pierre Brochon. Éditions sociales, Paris, 1957.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément