TERRIER Joseph.

Né vers 1813 à Beaulieu s/Dordogne (Corrèze). Étudiant en médecine, demeurant 16, rue St Dominique d’Enfer (XIIe arr. ancien, maintenant Royer-Collard, Ve) , puis 65, rue de la Harpe (XIe arr. ancien, maintenant Ve). Membre de la Société des droits de l’Homme. À l’issue des journées d’avril 1834, il fut arrêté, mais on ne sait pas dans quelles circonstances. Son dossier de la Cour des pairs est classé avec ceux des étudiants arrêtés le 13 avril au café des Sept-Billards, rue des Mathurins-Saint-Jacques (XIe arr. ancien, maintenant rue du Sommerard Ve). Il fut écroué pour attentat le 10 mai 1834 à La Force et à Sainte-Pélagie le 8 juin (ou juillet) 1834 et, libéré le 20 décembre, fut de nouveau écroué le 28 décembre et libéré le 9 mars 1835. Dans le cadre de l’instruction de la Cour des pairs, il bénéficia d’un non-lieu.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38134, notice TERRIER Joseph. , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Paris (Seine), registres d’écrou DY/4 22-5268, DY/8 8-1319, DY/8 8-1669. — Cour des pairs. Procès politiques, 1830-1835, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1983, CC 606 D 1 N° 200. — Note de J. Risacher.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément