TAJAN ou TRAJAN

Né en 1797 à Montrejeau (Haute-Garonne). Compagnon boulanger, organisateur du compagnonnage dans les villes méridionales en 1826. Il avait regroupé les anciens membres de sociétés de prévoyance, aussi bien à Toulon qu’à Marseille, et organisé dans cette ville une grève qui dura près de deux semaines. Il avait été cependant emprisonné, mais remplacé aussitôt par un autre compagnon, La-Réunion-des-Cœurs, originaire de Genève, alors que Tajan semble avoir été en rapports surtout avec les boulangers de Blois. La présence, parmi les dirigeants de la grève, d’un boulanger de Bordeaux semble témoigner de l’intérêt des organisations pour la manifestation, tout comme la fermeture par la police d’un cabaret dont le propriétaire avait dit avoir vingt mille francs à consacrer à la grève. Il n’était pas besoin toutefois de ces témoignages d’organisation débordant largement le cadre local pour expliquer la sévérité des condamnations : cinq ouvriers furent condamnés, en novembre 1826, à cinq ans de prison, dont Tajan condamné en outre à 500 francs d’amende, dix ans de surveillance de la police et dix ans de privation des droits civils, cinq autres à quatre ans de prison et deux enfin à trois ans. Voir Camoin*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38043, notice TAJAN ou TRAJAN, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 18/1140, F 7/9786.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément