SYROU François, dit Sirop

Né en 1800 à Bellême (Orne). Établi cabaretier-logeur en garni, rue Saint-Maur-Popincourt, à Paris.. Ancien tambour de la Ve légion de la garde nationale, renvoyé pour ses opinions, il chercha à se faire réintégrer en Février 1848, après avoir combattu au Palais-Royal. Mais, le 16 avril, il fut chassé des rangs comme communiste et surtout eu égard à son action contre les propriétaires comme membre du club réformiste des commerçants locataires pour obtenir la remise des loyers.
Le 23 juin, il suivit dans l’insurrection les ouvriers qu’il logeait en garni, et battit le rappel et la générale, chargea les armes sur la barricade voisine, transporta à Saint-Louis plusieurs blessés déposés dans son garni transformé en ambulance ainsi qu’en cantine par les Montagnards et les clubistes des Droits du Peuple qui l’avaient envahi. En fuite vers Bellême, il fut arrêté à Illiers (Eure-et-Loir) et condamné à la transportation, puis gracié en novembre 1848.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38024, notice SYROU François, dit Sirop , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 8378.

Version imprimable Signaler un complément