SEIGNEURET Joseph, Hippolyte

Né à Fontainebleau (Seine-et-Marne), vers 1820, avocat de formation. Il fut compromis dans l’affaire de la machine infernale de la rue Montpensier, en 1840. Journaliste républicain-socialiste, il fut le proche collaborateur de Sobrier* à la Commune de Paris de mars à mai 1848. Entre les 12 et 14 mai, il rédigea un projet contenant divers décrets prévoyant la fondation d’un Comité de Salut public dans la foulée de la manifestation du 15 mai, à l’organisation de laquelle il travaillait parallèlement. Il fut amené à s’en expliquer devant la Haute-Cour, et prétendit que ces décrets avaient été rédigés à l’insu de Sobrier.
Parti ensuite s’installer à Dinan (Côtes-du-Nord), il y fut, toujours sous la Seconde République, le fondateur de La Sentinelle du Peuple. Réfugié à Jersey après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, il y épousa une Jersiaise. Ses opinions étaient parmi les plus ardentes.
Il partit aux États-Unis en 1854 et s’installa comme médecin dans la petite ville d’Henderson, dans le Minnesota. Il y vécut pendant 45 ans et y mourut en 1899.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article37753, notice SEIGNEURET Joseph, Hippolyte, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 6 septembre 2017.

SOURCE : Journal des débats politiques et littéraires, 17 mai 1840. — Projets de décrets du Comité de Salut public. Pièces trouvées chez le citoyen Sobrier..., Paris, impr. de J. Frey, sd [1848], in-8°, 4 p. — Compte rendu du Procès de mai, Toulouse, Delboy, 1849. — Pierre Angrand, Victor Hugo raconté par les papiers d’État.. — Peter Amann, Revolution and Mass Democracy. The Paris Club Movement in 1848, Princeton Univ. Press, 1975. — Notes de M. Cordillot et Mary Ellen Weller.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément