SANLAVILLE Benoît

Tonnelier, né à Villefranche-sur-Saône (Rhône), le 17 février 1817, mort à Belmont (Rhône), le 28 avril 1891. Membre des Voraces — voir Aumont Louis* — il participa à la manifestation lyonnaise du 18 mars 1848. En 1849, toujours à Lyon, il prit part aux journées de juin. Il fut arrêté, mais bénéficia d’un non-lieu ; il était alors membre de la Société des droits de l’Homme. En 1850, il entra dans la Société des hommes libres, qui était une filiale des Invisibles d’Alphonse Gent*. (Voir André J.-B.*) Il fut arrêté après le 2 décembre et condamné à la déportation, peine commuée en surveillance. Il poursuivit, dès lors, ses activités avec plus de prudence. Voir Léculier Pierre*

En janvier 1854, au procès de Jean-Baptiste Juillet et de Claude Chervet, membres d’une société secrète, on apprit que Chervet était le beau-frère de Sanlaville et que Chervet possédait un poignard portant l’inscription « Donné par Sanlaville. Mort aux tyrans ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article37590, notice SANLAVILLE Benoît, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 novembre 2016.

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, série M, victimes du Deux Décembre. — Notes de Pierre Baudrier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément