SAIVE André

Ouvrier chapelier à Paris. Auteur, en 1841, d’une brochure in-8°, L’Avenir de l’Ouvrier, dédié à la classe ouvrière et placé sous sa protection, publiée par ses soins et qui devait être la première livraison d’une suite qui n’a pas paru (Bibl. Nat., Lb 51/3571). Fondateur, en 1842, parmi ses camarades de travail, d’une association ouvrière de secours mutuels qui avait admis les adhérents des diverses organisations antérieures ainsi que ceux qui n’appartenaient encore à aucun groupement. Il fut peut-être en rapports avec les rédacteurs de L’Atelier, car on retrouve dans l’enquête faite par ce journal la plupart de ses idées sur les améliorations souhaitables dans la profession. Il s’intéressait également au sort des femmes travailleuses et défendit au sein de l’Union compagnonnique des idées proches de celles de Flora Tristan, qu’il soutint d’ailleurs dans ses contestations avec les membres de l’organisation.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article37554, notice SAIVE André , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : J.-L. Puech, La Vie et l’œuvre de Flora Tristan, Paris, 1925, p. 159 et sq.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément