SABATIER Jean-Jacques, Léopold, Alfred

Né en 1824 à Pézenas (Hérault). Ancien élève de l’École polytechnique. Renvoyé en 1840 (?), il ne se présenta pas lors du rappel des élèves. Compromis dans l’affaire du 13 juin 1849, il fit huit jours de prison à Béziers, en août 1849, pour outrages. « Agent socialiste » chargé du département de l’Hérault, il était, en décembre 1851, à Paris où il demeurait, 11, rue de la Vieille-Estrapade. En relations avec les représentants montagnards, il était le bailleur de fonds du journal La Révolution, comme à Montpellier du Suffrage universel. Le 3 décembre, il aida le gérant du National à faire la proclamation de mise hors la loi de Louis-Napoléon et, le 4, avec Joigneaux et Rambuteau, il lança un appel aux armes et annonça la formation d’un gouvernement provisoire. « Dénoncé » par un agent secret très bien informé, Sabatier prit la fuite en Belgique et fut l’objet d’une décision d’expulsion. Voir Durrieu X.*, Sabatier A.*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article37493, notice SABATIER Jean-Jacques, Léopold, Alfred , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, B 1554.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément