RAMADE Isidore, Louis, dit Dominique

Mécanicien. Ancien lieutenant d’Auguste Blanqui* en 1848. Combattant de Juin. Chef de la Jeune Montagne, branche parisienne de la Marianne.

Après les Journées de Juin, il avait dû s’enfuir en Espagne. Il était revenu en 1853 à Cette (Hérault), où il avait noué des relations avec Eugène Rabatel*, Antoine Frié*, Eugène Dalifol*, Picquart* qui avaient été, en 1853 ou 1854, affiliés à Bordeaux à la Marianne. Rappelons que cette société secrète, en rapports avec les exilés de Londres, avait à son programme « l’établissement de la République démocratique et sociale et l’abolition de la propriété ».
En 1854, Ramade revint à Paris et fut mis en contact avec Pierre Guilbaud* par l’intermédiaire de Chrétien Gsell* qu’il avait connu à Cette (Sète, Hérault). La première Marianne de Paris comprit d’abord les anciens affiliés de Bordeaux. Un comité de trois membres formé par Ramade, Guillaume Gros* et Pierre Guilbaud fut chargé des liaisons avec les autres Mariannes.
Le 17 février 1855, Ramade fut mis en relation avec Lecompte* par l’intermédiaire de Julien Leprout*. Ce jour-là fut donnée lecture d’un projet de Constitution rédigé par Crouzet, prévoyant la création d’une armée révolutionnaire formée de volontaires, l’envoi de l’armée active en Italie et en Allemagne, l’étatisation des voies de communication, etc. On envisagea la fusion du groupe commandé par Ramade et du groupe de Belleville animé par Louis Crouzet*. Le 23 février, chez Lecompte, Ramade résuma son propre projet de Constitution : Abolition de la propriété, anéantissement des corps constitués, mise en accusation des principaux fonctionnaires, suppression des cultes, abolition de toute espèce d’impôt, élection à tous les emplois par le suffrage universel. Comme on voulait tenter une fusion de la Marianne avec la « Fraternité universelle » rolliniste (c’est-à-dire en l’occurrence inspirée de très loin par Ledru-Rollin), Jacquot* et Pelletier* rédigèrent finalement un projet de Constitution acceptable pour tous. Le 10 et le 12 mars 1855 fut réalisée la fusion entre le groupe de Ramade et celui de Jean Vielle*. Le 20 mars 1855, la police mit fin à toutes ces activités, et, le 4 août 1855, Ramade fut condamné à quatre ans de prison, 100 f. d’amende et cinq ans de privation de ses droits civiques.
Liste des membres de la Marianne parisienne (ou de sociétés apparentées) au cours des années 1854, 1855, 1856 :
André Louis*, Baffet Stanislas*, Baraud dit Garnier*, Barré Émile*, Bénier François*, Benoist*, Billault Alphonse*, Bouquet Étienne*, Brémichon Auguste*, Canet*, Canu Pierre*, Carlin Anthelme*, Carpeza Charles*, Carret Jacques*, Chabanne Henri*, animateur de la Marianne nivernaise, Chailloux Eugène*, Charles Jean-Baptiste*, Chénier Antoine*, Clémenti*, Cordier Pierre, François*, Courty Gustave*, Crouzet Louis*, Dalifol Eugène*, Dervaud* (soldat), Desbenoit Frédéric*, Duez Louis, Joseph*, Dupuy Olympe*, Frié Antoine*, Gardeux Alexis*, Garnier Catherine*, Genay*, Gros Guillaume*, Gsell Chrétien*, Guilbaud Laurent*, Guilbaud Pierre*, Jacquot Étienne*, Javelot Israel*, Journeau Louis*, Ladré Claude*, Lafaix Claude*, Lampetaz Charles*, Lebelle*, Lecompte Célestin*, Lecompte Pierre*, Ledru* (soldat), Leprout Julien*, Leyré*, Lieb Christian*, Marchadier*, Marchan*, Martin femme*, Morin Hilaire*, Naulet Pierre*, Nicollier*, Noël François, Louis*, Ory Urbain*, Pelletier Claude*, Picquard Pierre*, Pinaud François*, Pinon Martin*, Placide* (soldat), Poirier François*, Poisson Sébastien*, Rabatel Eugène*, Ramade I.-L. dit Dominique, Robineau Adrien*, Robineau Pélagie*, Samson Armand*, Sauriac Xavier (pressenti, il refusa d’adhérer), Schwartz*, Subra Théodore*, Thiercelin Édouard*, Tourzelles Joseph*, Trahan* (soldat), Vielle Jean*, Vigné Eugène*, Viguier*, Violsin*.
Il a paru commode de rattacher au nom de Ramade ceux des chefs de file de sociétés secrètes républicaines et socialistes de province actives vers 1855-1856, mais dont l’origine remontait à la Seconde République et, sinon à la fin de l’année 1848, du moins souvent à 1849.
Se reporter à : Provensal* (Basses-Alpes), Ayène Louis*, Deidier*, Gaillard Antoine*, Gueyraud* (Bouches-du-Rhône) ; Barbin Louis*, Dognon Jacques*, Malarte Antoine*, Marin Paul, Alexandre* (pour la Militante de la Charente) ; Savard Jean-Baptiste* (pour la Militante de la Charente-Inférieure) ; Henri Chabanne* dit Combattant (pour la Marianne de l’arrondissement de Sancerre dans le Cher et de Pouilly-sur-Loire dans la Nièvre) ; Padovani Toussaint* (pour la Marianne de Corse) ; Thibault Eugène* (pour la Marianne de Dordogne) ; Antelme Aimé*, Barès Pierre*, Fermaud Émile*, Lyon Aimé* (sociétés secrètes du Gard) ; Barrier*, Chaillou*, Gazon Victor*, Masse Alexandre* (pour la Marianne, l’Union et la Militante de la Gironde) ; Dr Camus* (Marianne de l’Ille-et-Vilaine) ; Martel François* (Marianne de l’Indre-et-Loire) ; Legendre Claude* (Marianne du Jura) ; Akermann Claude* (pour la Société des Pères de Famille, filiale de la Marianne dans la Loire) ; Boissel*, Courty Gustave* et le Dr Ange Guépin* (pour la Société fraternelle universelle et pour la Marianne de la Loire-Inférieure) ; Davezac Jean*, Fittes Pierre*, Garrigues*, Gauzence Paul*, Lamarque Dominique*, Lugéal* (pour les sociétés secrètes de Lot-et-Garonne) ; Attibert François* (pour la Marianne de Maine-et-Loire) ; Mansfray André* (pour les sociétés secrètes de la Mayenne) ; Charvigné Jean* et Desaine Alexandre* (pour la société secrète la Cocotte, d’Anzin, et pour la Société du Poignard, dans le Nord) ; Brayet Jean, Antoine* (Rhône) ; Berthaud* (Marianne de Saône-et-Loire) ; Arnault Philippe-Auguste* et Arbello Pierre* (pour la Marianne et pour la Militante des Deux-Sèvres) ; Roubaud A.-P.* (Vaucluse) ; Lefèvre* (pour la Marianne de la Vienne) ; Jalouseau Télémaque* et Lancosne Gustave* (pour le Comité révolutionnaire de 1853 dans l’Yonne).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article36759, notice RAMADE Isidore, Louis, dit Dominique , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 10 janvier 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 30/413, P. 1246.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément