PIERRE

Ouvrier imprimeur ; organisateur d’une grève en 1836.

Ouvrier imprimeur sur papiers peints, à Charenton (Seine, Val-de-Marne), en 1836. Il organisa au mois de juillet une grève dans la manufacture Thomas où il travaillait. Dix ouvriers sur onze quittèrent l’atelier. Ils comparurent devant le tribunal correctionnel qui en condamna sept à la prison. Pierre, comme « chef de coalition », fut condamné à six mois ; ses deux adjoints, les frères Mantoue, le furent respectivement à deux et un mois ; Garnier, autre responsable, également à un mois, un ouvrier fut condamné à huit jours et deux à six jours.

Le onzième ouvrier, Jean Saint-Lanne*, fut accusé par tous à l’audience correctionnelle d’être un individu immoral et brutal, qui, par les coups et blessures qu’il avait portés dans les bagarres, avait hâté la mort d’un grand nombre de ses victimes. L’animosité contre Saint-Lanne était peut-être justifiée sur ce plan, mais l’affaire se compliquait du fait que les grévistes avaient demandé l’arrêt de la machine à imprimer de fabrication anglaise, sur laquelle Saint-Lanne était le seul qui consentît à travailler, et que les dix autres, sur refus du patron, avaient mis la manufacture en interdit. Voir Garnier*, Mantoue Étienne*, Mantoue Nicolas*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article36240, notice PIERRE , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 16 novembre 2017.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, 22 juillet 1836.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément