PETREMANN Émile, Léger (également orthographié PETERMANN Émile, Léger)

Par Jean Risacher

Né vers 1817 à Mézières. Cordonnier à Paris. Membre de la Société des droits de l’Homme, de la Société des Saisons et de la Société Républicaine Centrale. Blanquiste.

Petremann fut membre de la section des « Barricades » du IIIe arrondissement de la SDH. En 1839, demeurant 9, rue des Arcis (VIe arr., maintenant Saint-Martin, IVe), il était membre de la Société des Saisons. Après les journées des 12 et 13 mai 1839, il fut inculpé d’attentat contre la sûreté de l’État, écroué à La Force dès le 14 mai 1839, puis le 6 août à Sainte-Pélagie. Comparaissant devant la Cour des pairs au procès de la deuxième catégorie, il fut condamné à 5 ans de détention et à la surveillance perpétuelle par arrêt du 31 janvier 1840. Arrivé à Doullens dans la nuit du 3 au 4 février 1840, il fut rapidement jugé « raisonneur, beau parleur, sans connaissances, paresseux, enclin au mal, opinions assez exaltées, sans crédit sur ses camarades, donc peu dangereux... ». Il participa à l’évasion collective du 13 septembre, repris, acquitté le 1er octobre et fut signataire de la pétition en faveur de Charles Lombard* du 10 octobre 1840. Il fut transféré au Mont Saint-Michel le 26 mars 1841. Comme les autres détenus, il participa aux diverses actions de protestation contre le régime carcéral, comme la destruction des cloisons qui séparaient les détenus, etc. Il semble avoir été proche d’ Auguste Blanqui*. Il fut extrait pour Doullens le 28 juin 1843 et bénéficia des remises de peines octroyées en octobre 1844 par Louis-Philippe. Il revint rendre visite à Blanqui dès que celui-ci fut transféré à l’hospice de Tours.
Blanquiste, membre de la Société républicaine centrale dès le 25 février 1848, Pétremann écrivit en juin de la même année des articles dans l’Accusateur public d’Alphonse Esquiros*. Il fut encore poursuivi pour ses activités politiques après 1851

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article36126, notice PETREMANN Émile, Léger (également orthographié PETERMANN Émile, Léger) par Jean Risacher, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

Par Jean Risacher

SOURCE : Arch. Dép. Paris (Seine), registres d’écrou DY/4 46-4400, DY/8 17-9743. — Arch. Dép. Somme, série Yb15. — Cour des pairs. Procès politiques, 1835-1848, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1984, CC 730 n° 476. — Les Révolutions du XIXeINS>siècle. 1848 (catalogue), Paris, EDHIS, s. d. — Notes de R. Skoutelsky.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément