PARMENTIER Louis, Simon

Typographe, fondateur de la Société typographique (1848)

Ouvrier typographe parisien. En 1845, il fut le gérant de l’association coopérative de typographes et d’imprimeurs qui prit le titre d’Industrie fraternelle . Il habitait en mars 1848, 1, rue de la Sorbonne. « Un des plus clairvoyants des militants » de la Société typographique. En mars 1848, il forma, au sein de la délégation ouvrière de la Commission du Luxembourg, un bureau provisoire qui élimina le comité tiré au sort le 10 mars sous les auspices de Louis Blanc* et provoqua la constitution d’un Comité central des ouvriers du département de la Seine, qu’il présida. En étaient vice-présidents : Louis Bénard*, Victor Dumont*, Louis Lavoye*, et Voisin*. En étaient secrétaires : Alphonse François Lefort*, Petit*, Delit*, Paillard*.
Par ses manifestes, il appela les ouvriers de tous les métiers à s’organiser en sociétés. Il voulait assurer la représentation de la classe ouvrière à l’Assemblée constituante et entreprit de faire désigner des candidats par les assemblées générales professionnelles.
Après son échec aux élections, il abandonna la présidence du Comité central pour assurer la liquidation d’une association de production dont il était le gérant. Par la suite, il se montra hostile à tout ce qui n’était pas uniquement « société de résistance ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35804, notice PARMENTIER Louis, Simon , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 21 novembre 2015.

SOURCE : Arch. Dép. Aube. Série M. Réglement constitutif du Comité central des ouvriers du département de la Seine. — les Associations professionnelles ouvrières, t. I, p. 712 — R. Gossez, « L’organisation ouvrière sous la Seconde République », Revue des Révolutions contemporaines, XLII, n° 185, février 1950. — Rémy Gossez, Les Ouvriers de Paris, op. cit., p. 240. — Note de P.-J. Derainne.

Version imprimable Signaler un complément