PAGEON Sylvain

Né en 1809. Tisserand à Nançay (Cher). Père d’un enfant en 1851. Condamné à « Algérie moins », après le coup d’État du 2 décembre, par la Commission mixte de Bourges qui avait retenu contre lui les éléments suivants : « Dangereux ; professant des opinions détestables. Annonçait qu’en 1852 on pourrait piller les riches, que les prêtres et les nobles sauteraient. » Voir Lhonneur Sylvain*, Péraut Pierre*, Soulat*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35699, notice PAGEON Sylvain , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 31 août 2017.

SOURCE : Arch. Nat., BB 30/399.

Version imprimable Signaler un complément