ORSINI Félix

Patriote italien. Né à Meldola (États pontificaux) en 1819. Il avait été condamné aux galères à vie en 1845 pour complot contre le pouvoir du Pape. L’amnistie générale accordée à l’avènement de Pie IX le libéra en 1846. En 1848, il devint membre de l’Assemblée constituante de la République romaine et professa les idées de Mazzini. Orsini tenta le 14 janvier 1858 d’attirer l’attention de Napoléon III sur l’unité italienne à venir, en tirant sur la suite impériale un jour d’Opéra, rue de Richelieu, à Paris. Jugé par les assises de la Seine, les 25 et 26 février, Orsini fut condamné, ainsi que deux de ses amis, à subir la peine des parricides. Voir Allsop Charles*, Bernard Simon*, De Rudio Charles*, Gomez Antoine*, Pieri Joseph, André*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35653, notice ORSINI Félix , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Cour d’assises de la Seine. Attentat du 14 janvier, Paris, 1858, in-8°, 44 pages, Bibl. Nat., Lb 56/707.

Version imprimable Signaler un complément