OLIVE Barthélemy, dit Candaze.

Né à Argut-Dessus (Haute-Garonne) le 13 juin 1821. Chaudronnier. Militant démocrate socialiste lyonnais. En 1850, il était mécanicien à bord des bateaux à vapeur du Rhône et joua le rôle d’agent de liaison entre la société secrète des Invisibles à Lyon et les Montagnards du Midi (complot de Gent). Il fut arrêté à la suite d’une perquisition, et condamné, le 12 juin 1851, par le 2e conseil de guerre de Lyon, à deux ans de prison pour complot contre le gouvernement. Voir André Jean-Baptiste, Honoré* et Gent Alphonse*
Vers 1854, de retour à Lyon, il reprit ses activités parmi les adversaires du gouvernement impérial. Un rapport du commissaire central Bergeret le dépeint « fin, habile, énergique, martyr de sa cause [...] l’homme qui a le plus d’influence sur la classe ouvrière de Lyon » (20 janvier 1855). À cette époque, une nouvelle perquisition révéla qu’il était détenteur d’un grand nombre d’ouvrages socialistes. Profitant des circonstances, le commissaire central tenta de l’intimider et d’en faire un auxiliaire de la police. Olive refusa. Pour être économiquement son maître, il devint épicier.
On essaya d’utiliser contre lui la loi de sûreté générale et il fut arrêté deux fois de suite, le 24 février et le 14 avril 1858, sans qu’on pût légalement le retenir en prison. Le 1er septembre 1870, un rapport de police signalait encore que dans son épicerie, se tenaient des réunions d’« irréconciliables ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35624, notice OLIVE Barthélemy, dit Candaze. , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, série M, Victimes du Deux Décembre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément