OEILLET

Ouvrier serrurier à Angers (Maine-et-Loire). Au début du mois de juin 1834, Œillet échoua avec plusieurs camarades qui, comme lui, avaient tenté d’engager leurs camarades dans une grève pour une augmentation des salaires. Vers le 15 juin, ils revinrent à la charge en faisant circuler dans les ateliers une pétition pour une diminution d’une heure de la durée quotidienne du travail, sans diminution de salaire. Arrêté avec quatre autres serruriers de la ville, il comparut, après quinze jours de prévention ; il fut le plus frappé, ayant été condamné à dix jours de prison. Voir Crosse*, Gilbert*, Paucou*, Soleau*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35616, notice OEILLET , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 juin 2010.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, 16 juillet 1834.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément