MORIOT Pierre

Journalier au hameau de Lanocle (Nièvre), proche de Fours, et qui était alors une commune. Ne sachant ni lire ni écrire. Marié, père d’un enfant. Condamné le 18 juin 1852, par le tribunal de Nevers, à vingt jours de prison pour son rôle important dans la coalition des bûcherons de Lanocle du 24 avril et pour provocation à délit de rébellion. Voir Perraudin Jean-Baptiste*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35284, notice MORIOT Pierre, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément