MOREY Pierre

Né vers 1775 à Champagne ou Chassagne (Côte-d’Or), mort par la guillotine le 19 février 1836 à Paris, pour son implication dans l’attentat du 28 juillet 1835 (affaire Joseph Fieschi*).

Ouvrier bourrelier-sellier d’opinions républicaines, fixé à Paris, rue Saint-Victor (XIIe arr., maintenant Ve), après avoir été longtemps soldat sous l’Empire, il fréquenta les sociétés secrètes sous la Restauration. Combattant des journées de Juillet 1830, il reprit, aussitôt après l’accession au trône de Louis-Philippe, le combat pour la République, à travers la Société des Droits de l’Homme, et sans doute la Société des Familles naissante.
Il est impossible de préciser dans quelles circonstances exactes il fit en 1834 la connaissance de Fieschi. S’il est assuré qu’il apporta à Fieschi une aide matérielle, l’aide qu’un républicain doit à un autre républicain persécuté, il demeure incertain que Fieschi lui ait révélé ses plans. Morey, et Pierre Pépin avec Morey, semblent bien n’avoir su en effet ni les intentions de Fieschi, ni même assez de détails sur la machine infernale en construction pour entrevoir ses intentions. Ils prêtèrent leur concours à une entreprise qui demeura pour eux mystérieuse jusqu’au bout. Apparemment, Morey n’était pas marié officiellement et vivait avec Anne Huchard, épouse Mouchet, dite « femme Morey », dont on ne sait ce qu’elle est devenue.
Morey, après sa mort, entra au Panthéon des martyrs populaires. La police, en 1837, recherchait les libraires et les colporteurs qui vendaient son portrait.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35266, notice MOREY Pierre , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 21 mai 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 18/1368. Cour des Pairs. Attentat du 28 juillet 1835, Paris, 1836, 6 vol. In-4° ; CC 671 à 697 et, plus particulièrement CC 674, dossier 3, n° 3. — Arch. Dép. Paris (Seine) ; registres d’écrou DY/4 28-10425.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément