MILLET Pierre, dit Millet père

Né à Lyon le 13 avril 1792, mort à Lyon le 25 février 1857. Ouvrier en soie qui fonda, en 1828, la 2e loge du Devoir Mutuel, société mutuelliste des canuts lyonnais de la Croix-Rousse.

Insurgé en novembre 1831, il participa également à l’insurrection d’avril 1834 à Lyon — Voir Girard Antoine* — et fut condamné à neuf mois de prison, mais pour une autre raison, Il avait en effet bénéficié d’un non-lieu à suivre prononcé par la Cour des Pairs avant l’ouverture des débats. En 1844, c’est à son domicile, 33, rue de Cuire, à la Croix-Rousse, que se réunissaient les membres de la Société communiste, société secrète ouvrière et républicaine. Ce groupe comprenait de très jeunes gens, dont les fils de Millet, âgés de seize et de dix-huit ans. Millet père organisa, le 14 juillet 1844, un banquet commémoratif de la prise de la Bastille, qui amena devant le tribunal correctionnel douze jeunes inculpés, dont les fils de Millet, plus Millet et l’aubergiste Bœuf. Millet dit bien « qu’il croyait que ceux qui se réunissaient chez lui étaient un groupe d’amis qui cherchaient à s’instruire » ; le tribunal n’en crut rien, car des ouvrages de Babeuf et Cabet avaient été saisis au domicile des jeunes gens. Considéré comme l’inspirateur de cette « association dite communiste », et encore que la police n’eût, semble-t-il, fait état contre lui d’aucune activité politique antérieure dont elle eût le souvenir, Millet fut condamné à la plus forte peine, huit mois de prison, confirmés en appel. (Gazette des Tribunaux, 24 septembre et 18 novembre 1844.) Millet participa à l’insurrection de juin 1849. Voir Chardonnet Jean-Claude*
Le 4 décembre 1851, il fut incarcéré, comme suspect, à Lyon, puis condamné à la déportation en Algérie. Voir Léculier Pierre*
Gracié, il reconstitua une société secrète, fut de nouveau arrêté et, le 24 novembre 1852, condamné à un an, puis, sur appel, à dix-huit mois de prison. Il resta interné à Angoulême jusqu’au 6 juillet 1854, date à laquelle il revint à Lyon. Voir encore pour la Société Communiste : Bacot Étienne*, Bœuf Antoine*, Chatelet Benoît*, Fayard Louis*, Larochette Ferdinand*, Larochette Joseph*, Linne Joseph*, Marietton Antoine*, Millet Jean-Marie*, Millet Joseph*, Poulet Georges*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35073, notice MILLET Pierre, dit Millet père , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, série M., Victimes du Deux Décembre. — Cour des Pairs. Procès politiques, 1830-1835, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1983, CC 557 D 3 N° 718. — Mary Lynn Stewart-McDougall, The Artisan Republic. Revolution, Reaction, and Resistance in Lyon, 1848-1851, Montreal/Kingston, McGill-Queens University Press, 1984. — Notes de M. Cordillot.

Version imprimable Signaler un complément