MEUNIER Victor

Né en 1813, mort en 1902. Journaliste fouriériste. Éditeur de la Revue synthétique, avec des collaborateurs surtout fouriéristes, en 1842-1844. (Bibl. Nat., Z/59.100 et 59.101.) Collaborateur de La Phalange et de Démocratie pacifique vers 1845.
Au lendemain des journées de juin 1848, il publia un texte émouvant, intitulé Jésus Christ devant les conseils de guerre, dans lequel il établissait un parallèle entre le Christianisme antique et le communisme néo-babouviste. En 1850, il était rédacteur en chef à Dijon du journal Le Socialiste de la Côte-d’Or. Partisan d’une propagation pacifique du socialisme, féru d’« association libre et volontaire », il polémiqua assez vivement contre le journal montagnard de Dijon Le Peuple, qu’il accusait d’être partisan d’une dictature (juillet 1850).
Surveillé par la police impériale, Victor Meunier devint, jusqu’en mai 1855, collaborateur (au feuilleton scientifique) de La Presse ; puis il écrivit à L’Opinion nationale de Guéroult, et au Rappel. Il fonda à Paris, en 1881, un quotidien radical, La Politique d’action, qui dura du 17 avril au 18 octobre, et s’occupa de travaux scientifiques. Voir Gabet Gabriel*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article34968, notice MEUNIER Victor, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : C. Del Bo, Il Socialismo utopistico. C. Fourier e la Scuola societaria, op. cit. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément