MENY Godefroy

Ouvrier parisien en châles ; en 1848, il négocia des conventions avec les délégués patronaux afin d’obtenir de meilleurs salaires pour les ouvriers de sa corporation.

Né en 1825 à Paris. Fils d’un maître tisseur en châles du faubourg Saint-Marceau et issu d’une famille de protestants pratiquants. Ses qualités morales lui valurent d’être distingué par la corporation des ouvriers en châles et tisseurs de nouveauté en 1848 et nommé son délégué au Luxembourg. Dans les meilleurs termes avec les délégués patronaux de l’industrie des châles, qui plus tard le feront gracier, il obtint d’eux une convention qui garantissait par un tarif un meilleur salaire aux ouvriers : « Ces messieurs voulaient que les ouvriers puissent vivre de leur travail et ils ont grandement droit à notre reconnaissance. Et quand je les ai quittés, j’avais les larmes aux yeux. » Heureux d’avoir réussi auprès des fabricants de châles, il accepta une délégation auprès des fabricants de gilets. Il fut plus difficile de s’entendre. La grève éclata sans qu’il y eut engagé les ouvriers. Il conseilla à ceux-ci d’en profiter pour obtenir une augmentation de salaire qui put toutefois permettre aux fabricants de continuer leurs affaires. Finalement, et malgré les interventions à la tribune de l’Assemblée nationale de représentants hostiles aux conventions entre patrons et ouvriers, ceux-ci s’entendirent devant les prud’hommes sur une transaction.
Pendant l’insurrection de Juin, Meny, qui demeurait rue Grenéta depuis 1847, circulait dans les quartiers insurgés, de Bercy à la barrière de Fontainebleau, « pour se rendre chez son père », déclara-t-il, quand il fut arrêté devant le fort de Vincennes. Les réunions d’ouvriers tisseurs qui se tenaient chez lui, et son rôle dans leur grève furent la charge principale qui lui valut la transportation, dont il revint, sur l’intervention des principaux membres de l’Église évangélique, en novembre 1848, après un séjour dans les forts de Paris. Voir Louis Blanc*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article34898, notice MENY Godefroy , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 3261.

Version imprimable Signaler un complément