MASSARD Désiré [MASSARD Louis, Désiré]

Né à Laigle (Orne) le 26 mars 1826 (le 27 mars 1826, d’après BB 24/740). Professeur à Laigle et d’opinions socialistes, il avait voulu, le 5 décembre 1851, faire sonner le tocsin pour la résistance armée au coup d’État. Il fut l’objet de poursuites et s’exila. Voir Durand Charles*, Massigny Pierre, Félix.*, Rousselet*.
Après dix-huit années passées en Angleterre et en Espagne, Massard rentra en France en septembre 1870 et habita Paris. Il fut sergent-major au 238e bataillon durant le Siège et participa aux journées du 31 octobre et du 22 janvier 1871. Il allait passer devant un conseil de guerre quand survint le 18 mars. Il sortit de prison et la Commune le nomma, le 3 avril, directeur des Domaines et du Timbre, fonctions qu’il assuma durant huit jours. Arrêté le 13 juillet, il fut condamné, le 27 décembre 1871, par le 16e conseil de guerre, à la déportation simple. Bien noté en Nouvelle-Calédonie, il ne bénéficia cependant d’une remise de peine que le 15 janvier 1879.
Massard fut gratifié d’une pension viagère de 1 200 F en 1882.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article34676, notice MASSARD Désiré [MASSARD Louis, Désiré] , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/740. — Arch. Dép. Orne, série M, liasse Victimes du coup d’État du 2 décembre 1851.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément