MADELINE Jacques, dit Marchand ou Lemarchand

Né en 1793 à Saint-Pierre-du-Regard (Orne). Maître tisserand à Luçon (Vendée) à partir de 1841, marié, père de cinq enfants. Communiste icarien.

En relations avec Étienne Cabet*, il fut un des quatre membres les plus actifs de la société communiste luçonnaise et le principal diffuseur du journal Le Populaire. Il fut impliqué, en 1847, dans une affaire d’affichage illégal qui fit découvrir par la police l’existence d’un groupe bien organisé de vingt-quatre communistes icariens recrutés dans tous les corps de métier : Benoît*, tailleur de pierre ; Bernard*, menuisier ; Bernard*, tailleur de pierre ; Bichot*, maçon ; Boisdon*, carrossier ; Boucard*, employé d’octroi ; Chambon*, cordonnier ; Dezile père et fils*, tailleurs de pierre ; Dion André*, aubergiste ; Guimbretière*, tailleur de pierre ; Lailliet*, menuisier ; Lebaupin*, journalier ; Legrand*, menuisier ; Madeline lui-même ; Moreau*, fumiste ; Mulot*, tisserand ; Pacteau*, tailleur de pierre ; Petit*, tailleur de pierre ; Poupineau*, menuisier ; Robert*, épicier ; Ronflet*, cloutier ; Sauvage*, tisserand ; Thibault*, tisserand ; Zuinebretière (?)*, tailleur de pierre. (Voir également Chereau Jacques*, Cupi Julien*, Pélissier Henry*)
Acquitté par les assises de la Vendée, le 25 août 1847, Madeline quitta Luçon pour Le Havre. Mais le communisme icarien ne disparut pas pour cela en Vendée. On le retrouve vivace en 1851. Voir Gousseau * Voir aussi, pour les communistes icariens de Niort (Deux-Sèvres) : Guay Paul*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article34243, notice MADELINE Jacques, dit Marchand ou Lemarchand , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 18 juin 2018.

SOURCES : Arch. Dép. Vendée, série U non classée : Affaire Madeline, cour d’assises de la Vendée, 1847 ; affaire Lebaupin, tribunal correctionnel de Fontenay-le-Comte, 16 juillet 1848. — M. Faucheux et L. Morauzeau, « Les débuts du communisme en Vendée : l’affaire Madeline », dans Bibliothèque de la Révolution de 1848, t. XV, 1953, pp. 72-88.

Version imprimable Signaler un complément