MACARD Jean.

Né vers 1820, marié et père de trois enfants en 1851, menuisier à Nérondes (Cher), il se blessa en manipulant du salpêtre au mois de septembre 1851. On l’accusa de fabriquer de la poudre. Une perquisition à son domicile permit de saisir des textes et des poèmes socialistes, un abonnement à La Révolution démocratique et sociale ainsi qu’une lettre de Baron. Soupçonné d’appartenir à la société secrète locale, il fut condamné à la déportation en Algérie (Afrique plus).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article34228, notice MACARD Jean. , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30 399. — Arch. Dép. Cher 31 U 593. — Note de M. Pigenet.

Version imprimable Signaler un complément