LHÉRITIER Eugène (ou L’HÉRITIER B.)

Par Jean Risacher, R. Shapira et R. Skoutelsky

Né vers 1810 à Vervins (Aisne). Étudiant, puis homme de lettres. Membre et animateur d’association étudiante, de la Société des Amis du Peuple, de la Société des Droits de l’Homme.

Étudiant en droit, Eugène Lhéritier fut membre de la Société des Amis du Peuple, puis de la Société des Droits de l’Homme dont il était commissaire pour le Xe arrondissement. Il publia en 1833 une brochure intitulée Ce qui est, et ce qui sera, puis il fit paraître avec Marc Dufraisse*, le 27 janvier 1834, dans la Gazette des Écoles, une « Déclaration de l’Association des Écoles » et prépara avec lui une brochure, Association des Écoles qui parut en mars. Mais ni Eugène Lhéritier ni Marc Dufraisse n’étaient en liberté à cette date : demeurant 20, rue Hautefeuille (XIe arr., maintenant VIe), inculpé de complot Eugène Lhéritier avait été arrêté le 25 février 1834, écroué le 28 février à Sainte-Pélagie, conduit le 24 mars devant le juge d’instruction et transféré le même jour à La Force, où il se trouvait au moment des journées insurrectionnelles d’avril 1834. On trouva chez lui une importante documentation sur les Droits de l’Homme et les organisations de défense des libertés. Son dossier ayant été intégré au procès d’avril, il revint à Sainte-Pélagie le 4 juin 1834. Un non lieu le libéra le 23 février 1835. Eugène Lhéritier fut aussitôt sur les listes des défenseurs des accusés d’avril.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article34023, notice LHÉRITIER Eugène (ou L'HÉRITIER B.) par Jean Risacher, R. Shapira et R. Skoutelsky, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 3 avril 2017.

Par Jean Risacher, R. Shapira et R. Skoutelsky

ŒUVRES : Ce qui est, et ce qui sera, Paris, imprimerie de Herhan, 4 p. — Histoire populaire de la Révolution française, Saint-Cloud, imprimerie de Chausseblanche, in-8, 8 p.

SOURCES : Arch. Nat. carton F17/3180, dossier Eugène Lhéritier. – Arch. Dép. Paris (Seine) DY/8 7 n° 1090 ; DY/4 21-4572 ; DY/8 8-1258. — Cour des pairs, Affaire du mois d’avril 1834. Rapport fait à la Cour des pairs par M. Girod (de l’Ain), Imprimerie royale, Paris, 1834-1836, vol. 2, p. 67-71, vol. 3, p. 342. — Cour des pairs. Procès politiques, 1830-1835, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1983, CC 598 D 1 n° 17 ; CC 614 D 3, p. 51 ; CC 615 D 2. — J.-C. Caron, Génération romantisme, Les Étudiants de Paris et le Quartier latin, Paris, A. Colin, 1991. — Ph. Matthey, Les membres des sociétés secrètes républicaines parisiennes sous la monarchie de Juillet, mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Paris X, 1986. — Les Révolutions du XIXe siècle. (1830-1834) (catalogue), Paris, EDHIS, s. d.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément