LAMARQUE Pierre, dit Lageon ou Lajon

Né vers 1808 à Saint-Maixent (Deux-Sèvres), y demeurant. Aubergiste, ancien voiturier.
Il était âgé de 41 ans lorsqu’il fut accusé d’avoir, le 11 mars 1849, proféré au théâtre de Saint-Maixent, au cours de la représentation d’une pièce anticommuniste intitulée « Un voyage en Icarie ou le Communisme », des cris « subversifs » : « Vive Cabet ! Vive Blanqui ! Vive Sobrier, Raspail, Barbès et Louis Blanc ! Vive la République rouge ! Vive la République démocratique et sociale ! À bas la présidence ! À bas Louis-Napoléon ! À bas la République modérée ! À bas les riches ! La propriété est un vol ! » etc... Voir Allard Joseph*, Amail Jules*
Arrêté et détenu à la prison de Niort, il bénéficia d’un non-lieu et fut libéré.
Le journal socialiste L’œil du Peuple (n° du 31 juillet 1851) publiait une lettre signée Allard protestant contre une décision du maire de Saint-Maixent interdisant aux soldats de passage « l’auberge du citoyen Lajon dit Lamarque ». Cette lettre assure que « les logements du citoyen Lajon sont en très bon état et qu’il n’y a pas, chez lui, l’usure que l’on rencontre en beaucoup d’autres maisons. Probe et honnête, il ne reçoit que des personnes ayant une moralité connue et ne donne jamais, à ceux qui l’interrogent, que des conseils excellents. »

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article33187, notice LAMARQUE Pierre, dit Lageon ou Lajon, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, série U. Criminel, procédure 1849, 11 b. — L’œil du Peuple (n° du 31 juillet 1851). — L’Écho républicain (n° du 18 mars 1849).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément