JEAN François, dit Corse-Bon-Accord

Compagnon menuisier du Devoir de Liberté. Il était, quoique fort jeune, premier compagnon à Paris en 1842, quand il résigna ses fonctions pour venir s’installer chez Perdiguier qui ouvrait dans le faubourg Saint-Antoine, au passage de la Bonne-Graine, une pension pour ouvriers en même temps qu’une école technique de menuiserie. (Jean Briquet, Agricol Perdiguier,... Paris, 1955, p. 213.)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article32773, notice JEAN François, dit Corse-Bon-Accord , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément