HIBRUIT Jean-Pierre

Né en 1813 à Chazelles-sur-Lyon (Loire) ; ouvrier chapelier ; animateur des luttes de sa corporation ; quarante-huitard ; serait le fondateur de la Société des Amis de l’Égalité.

Ouvrier chapelier à Paris, il fut le « meneur » principal de sa corporation qu’il entraîna aux Ateliers nationaux pour la jeter ensuite dans les rangs de l’insurrection de Juin. Pendant l’insurrection de juin, Hibruit fut chef des barricades du IXe arr., et remplissait en même temps les fonctions de maire des insurgés. Durant le soulèvement il resta en contact avec les insurgés du Faubourg Saint-Antoine. Il habitait alors 22, rue de la Tixéranderie. Il disparut au cours du combat, mais fut considéré comme toujours vivant puisque le conseil de guerre le condamna par contumace à vingt ans de travaux forcés, le 18 septembre 1848.

Sa compagne, Claudine Monniot était ouvrière garnisseuse en chapeaux et très impliquée dans les luttes révolutionnaires.

Hibruit fut arrêté en mai 1849, écroué à la Conciergerie, et condamné, par la cour d’assises de la Seine à deux ans de prison, le 29 novembre 1849 pour avoir fait partie d’une société secrète.

S’agissait-il déjà de la communisante Société des Amis de l’Égalité dont il passait pour avoir été le fondateur et qui joua un rôle en décembre 1851 ? Dans l’affirmative, elle aurait renouvelé ses effectifs car le verdict de 1849 mettait Hibruit en relation avec Jean-Louis Legré*, Jules Castanié, Pierre-Philippe Frichot*, Pierre-Philippe Salgues, Charles-Jean-Baptiste Theriez.

Mais, compte tenu de sa condamnation par défaut, il passa en conseil de guerre le 7 janvier 1850. Déporté, il fut incarcéré dans les prisons de Belle-Île, du Mont-Saint-Michel et enfin de Corte avant d’être libéré par l’amnistie de 1859.
Voir pour la Société des Amis de l’Égalité : Benoist Jean-Baptiste*, Blanchon Jean*, Bondois Pierre*, Duterne Henri*, Duterne Louis*, Frilley Marie, Antoine*, Lecomte Victor*, Mouchot Joseph*, Kraweski*, Robert Alexis*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article32483, notice HIBRUIT Jean-Pierre , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 11 janvier 2017.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, A 423. — Arch. PPo., A a/430. — A. I. Molok, « Problèmes de l’insurrection de juin 1848 », Questions d’histoire, t. 2, 1954, pp. 84-85. — J.-Y. Mollier, Dans les bagnes de Napoléon III. Mémoires de C. F. Gambon, Centre des Correspondances du XIXe siècle, Paris IV-Sorbonne, PUF, 1983. — Procès des insurgés des 23, 24, 25 et 26 juin. 1er conseil de guerre, 1re série, Paris, Au bureau central, 1849. — Gazette des Tribunaux, 10 août 1848, p. 980, 28 au 30 novembre 1849. — Notes de Michel Cordillot, Jean-Yves Mollier et Pierre Baudrier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément