DEVERINES Pierre [DEVERINES Georges, Pierre, François]

Par Marie-Louise Goergen

Né le 10 mai 1908 à Arnac-la-Poste (Haute-Vienne), mort le 6 janvier 1976 à Saint-Martin-des-Combes (Dordogne) ; facteur aux écritures puis commis ; secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Limoges (1948-1963).

Troisième des quatre fils d’Eugène Deverines et d’Alexandrine Dufeigneux, cultivateurs métayers à Neuville (Haute-Vienne), Pierre Deverines grandit dans une famille dont la plupart des membres votaient socialiste, puis communiste après la Seconde Guerre mondiale. Il obtint son certificat d’études puis fit deux ans d’école d’agriculture. Ouvrier agricole chez son père, il passa le concours de facteur mixte de la compagnie du PO et fut nommé en mars 1937 à La Jonchère-Saint-Maurice (Haute-Vienne). Il exerça ensuite successivement comme facteur aux écritures à la gare de Limoges-Montjovis (Haute-Vienne) de 1942 à 1946 et comme commis au Service commercial puis au service du contentieux de Limoges-Bénédictins.
Syndiqué à la CGT depuis son entrée au chemin de fer, Pierre Deverines fut membre des Jeunesses socialistes puis du Parti socialiste SFIO jusqu’en 1936. Il adhéra au Parti communiste à partir de 1944 ou 1945. Il fut membre du comité fédéral en Haute-Vienne et élu au conseil municipal de Limoges de 1954 à 1958.
À partir de 1945, il fut élu du personnel dans différentes instances (comité mixte Exploitation à Limoges puis à la Région Sud-Ouest, comité local des œuvres sociales). Après la scission syndicale de 1948, il fut élu secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Limoges, responsabilité qu’il assuma jusqu’en 1963, avant de prendre sa retraite. Membre de la commission administrative et du bureau de l’Union départementale CGT de la Haute-Vienne, il fut également membre du secrétariat de l’UD dans les années 1950. Musicien et chasseur dans sa jeunesse — il anima des bals de campagne jusqu’en 1937 —, il jouait de la clarinette à l’Harmonie des cheminots de Limoges après son départ à la retraite.
Au cours de sa retraite, il fut responsable de la Librairie du Monde entier, en relation avec la Fédération communiste de la Haute-Vienne. Il milita également à la Confédération nationale du logement dans la Cité des Coutures à Limoges, qui comptait une population majoritaire de cheminots et de postiers.
Marié le 10 septembre 1927 à Arnac-la-Poste avec Georgette Soulat, dite Germaine, ils eurent trois fils et deux filles. Germaine Deverines fut une militante très active de l’Union des femmes françaises, notamment au cours des luttes contre les guerres coloniales. Germaine et Pierre Deverines sont décédés suite à un accident de voiture le 6 janvier 1976.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article3225, notice DEVERINES Pierre [DEVERINES Georges, Pierre, François] par Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 10 mars 2012.

Par Marie-Louise Goergen

SOURCE : Renseignements communiqués par Gilbert Deverines.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément